Sélectionner une page

QUESTIONS ORALES AU PARLEMENT : «Le Gouvernement agit», affirme Anatole Collinet Makosso

QUESTIONS ORALES AU PARLEMENT : «Le Gouvernement agit»,  affirme Anatole Collinet Makosso

Les deux chambres du Parlement ont organisé les 4 et 5 avril derniers des séances des questions orales avec débats au Gouvernement. Les travaux étaient présidés au Sénat par Pierre Ngolo, son président, et à l’Assemblée nationale par Isidore Mvouba.

Les préoccupations des parlementaires ont porté sur la léthargie constatée dans la gestion des carrières des agents civils de l’Etat, la non application de l’article 33 de la loi règlementant l’exercice de la profession de commerçant en République du Congo, le panier de la ménagère, la situation sécuritaire à Ngabé, le recensement général de la population et de l’habitat, l’insalubrité dans les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire, les violences en milieu scolaire, les érosions à Brazzaville, le scandale du FIGA, le raccordement de la zone économique spéciale de Maloukou au réseau électrique, l’apurement de la dette des collectivités locales vis-à-vis de la CNSS, etc.

Isidore Mvouba

Les ministres ont répondu selon l’ordre de préséance. Le Premier ministre a porté des éclaircissements sur la gestion des ordures dans les deux grandes villes du pays. Il a indiqué que le contrat signé avec AVERDA pour le compte de Brazzaville expire le 12 avril 2023. «Des recommandations ont été données au ministre de l’Intérieur en vue de son renouvellement avec un accent particulier sur le coût et la qualité du service rendu, notamment la collecte des ordures, la densification des points de collecte et la régularité du rythme de ramassage des ordures», a expliqué Anatole Collinet Makosso.
Il a appelé la conscience collective de la population et a rappelé aux opérateurs de pré-collecte leur devoir civique. «Les populations n’ont pas la culture de jeter les ordures dans les bacs», a regretté le Premier ministre.
S’agissant des violences en milieu scolaire, il a déclaré que ce phénomène n’est pas l’apanage propre au Congo. «Le Gouvernement agit. Un travail est en train d’être fait pour l’encadrement de cette jeunesse», a affirmé Anatole Collinet Makosso.
Sur le dossier FIGA qui défraie la chronique, le Premier ministre n’a pas annoncé de grandes décisions. Bien au contraire, il s’est montré évasif. «On ne peut pas penser que le Gouvernement a perdu la bataille de la lutte contre les antivaleurs», a-t-il dit en substance.
Pour lui, les émotions doivent être laissées à leur libre jeu démocratique. «Elles doivent se réviser et se contre réviser jusqu’à ce qu’une décision responsable puisse sortir ces émotions de leur confrontation. La dictature de l’émotion, la course et le monopole à la compassion et le lynchage cybernétique ne doivent pas gouverner l’Etat, au point de vouloir dicter au Gouvernement ce qu’il doit faire. Le Gouvernement qui agit, en dehors des réseaux sociaux, n’a pas simplement voulu céder à la loi de lynchage. Il tient à ne privilégier que la loi, toute la loi, rien que la loi», a-t-il déclaré, sans le moindre détail.
Répondant à la léthargie constatée dans la gestion des carrières des agents civils de l’Etat, le ministre d’Etat Firmin Ayessa a fait savoir que le ministère de la Fonction publique déploie d’énormes efforts dans le traitement de ces dossiers. Il a néanmoins reconnu quelques difficultés causées essentiellement par le système actuel qui se caractérise par beaucoup de bureaucratie et d’inefficacité.
«Le ministère de la Fonction publique a engagé des réformes pour corriger ce système. Parmi lesquelles la mise en place d’un système intégré de gestion des ressources humaines de l’Etat; la création d’un référentiel commun Fonction publique-Budget qui vise à contribuer à l’amélioration de la qualité des prestations des structures impliquées dans le processus complet de traitement des dossiers des agents civils de l’Etat», a-t-il informé.
Le ministre d’Etat Alphonse Claude N’Silou, parlant de l’inflation galopante, a indiqué que le Congo n’a pas les moyens d’annuler le choc des prix qui arrivent.
Pour lui, la vraie solution à la crise alimentaire, c’est de voir le pays produire suffisamment pour couvrir les besoins de la population et exporter davantage dans le grand marché qui se crée, la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF)
Suite à l’incursion le 13 mars dernier dans le village Nkaba Igone, dans le district de Ngabé, d’un groupe armé Yaka en provenance de la RDC, tuant 7 personnes dont 6 déplacés du conflit inter ethnique de Kwamouth, et un Congolais, en l’occurrence le chef du village, le ministre de l’Intérieur Raymond Zéphirin Mboulou a indiqué qu’il a écrit au ministre des Affaires étrangères, afin de saisir son homologue de la RDC sur ce climat d’insécurité. «Nous envisageons la convocation d’une session de la commission défense et sécurité couplée à la commission tripartite République du Congo, République Démocratique du Congo et Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), cadre habilité à gérer ces questions. Nous détenons les coupables de ces meurtres. Ils seront traduits devant les tribunaux», a-t-il annoncé.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Rejoignez les 398 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

140 ANS, TROISIÈME !

Nous nous acheminons vers la conclusion des festivités du 140è anniversaire de l’Evangélisation du Congo. Nous l’avons fêtée à Owando, à Pointe-Noire (Loango), et maintenant à Brazzaville : nous avons mis nos pas dans les pas de ces missionnaires spiritains qui vinrent vers nous, Bible en main, pour nous apporter l’Evangile. 140 ans ont passé depuis : la graine plantée en terre du Congo est devenue plante et a donné du fruit. On pourrait dire que nous sommes passés à l’heure du bilan.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez les 398 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

juin 2023
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930