Sélectionner une page

Des maisons en perspective à démolir ?

Les bulldozers ont été particulièrement bien appréciés par la majorité des citadins lors de la démolition, la semaine passée, des maisons et autres lieux de culte anarchiquement construits au cimetière La Tsiémé à Brazzaville. On ne profane pas impunément un lieu sacré ! Nombreux voudraient maintenant voir ces engins rouler pour une besogne semblable ailleurs où le domaine public a été spolié, parfois par les pontes du pouvoir. Notamment au centre-ville où des gens ont occupé des maisons de fonction qu’ils ont fini par acquérir «frauduleusement et y construire de nouvelles bâtisses», par un tour de passe-passe, commente la rue. Il y a par exemple le terrain de l’ex-ONPT où des maisons ont poussé anarchiquement comme des champignons à côté du cimetière du centre-ville. Ou du côté de Mpila, à l’ex-Camp CFCO. Des terrains avaient été vendus là-bas, apprend-on, par d’anciens administrateurs-maires et autres autorités. Les Brazzavillois ne cessent de dénoncer ces magouilles.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.