Sélectionner une page

Projet Durquap : Doter Brazzaville et Pointe-Noire de plans locaux d’urbanisme

Projet Durquap : Doter Brazzaville et Pointe-Noire de plans locaux  d’urbanisme

Le ministère de l’Aménagement du territoire, des infrastructures et de l’entretien routier par le biais du projet Développement urbain et restructuration des quartiers précaires (DURQuaP) a procédé mardi 19 avril dernier à Brazzaville, à la réception des résultats finaux du Lidar. Ceci, dans le but de doter les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire des plans locaux d’urbanisme (PLU). Ces derniers constituent des outils essentiels dans les réponses à apporter à l’expansion anarchique des espaces d’habitation dans les principales villes du pays. A l’image du code de la route qui régule la circulation et permet d’éviter les accidents, ces plans permettront de «réguler les constructions dans les villes congolaises en indiquant: où construire, où ne pas construire ou encore, jusqu’à quelle hauteur ériger tel ou tel bâtiment, etc.», explique Antoine Beli Bokolojoue, consultant du groupement Urbaplan-Cap consultants-Afric-Urba, par ailleurs président de l’ordre des architectes du Congo.
La remise des résultats finaux du Lidar et la formation spécifiquement dédiée aux applications techniques du Lidar et leur faisabilité institutionnelle, ainsi que l’installation des données Lidar au sein des services géomatiques du ministère de l’Aménagement du territoire et des mairies de Brazzaville et de Pointe-Noire interviennent dans un contexte où le secteur urbain du Congo est confronté à plusieurs défis qui se traduisent par une explosion démographique non maîtrisée. A cela s’ajoutent la non-viabilisation préalable des établissements humains qui connaissent un vieillissement irréversible, l’absence des mécanismes réglementaires, juridiques et de financement adapté et le déficit en logements décents, à un coût abordable.
Pour Alain Alfred Eleli, coordonnateur du projet DURQuaP, «cette technologie innovante dénommée ‘’le Lidar’’ devrait constituer un fond géoréférencé de haute précision en capacité de servir de support cartographique pour toutes les applications liées à l’étude. Elle représente une importante plus-value pour les administrations congolaises dans l’optique de développer et de mettre en œuvre différentes opérations portant sur plusieurs aspects». Parmi ces aspects: développer un outil de gestion de l’occupation des sols et d’instruction des permis de lotir et de construire. Cet outil permettra de délivrer les certificats d’urbanisme pour tout pétitionnaire d’un permis de lotir ou de construire; créer une base SIG pour développer les applicatifs métiers spécifiques pour mieux gérer la voirie, les réseaux de drainage, l’éclairage public, l’élimination des déchets, …; construire un fonds cadastral sur lequel les titres fonciers seront enregistrés; construire une base topographique très précise pour mener une étude hydraulique plus fine permettant de calibrer plus précisément les ouvrages de drainage à mettre en œuvre dans les quartiers; créer un cadastre solaire pour valoriser les toitures des équipements publics en vue d’une production d’électricité photovoltaïque directement injectable sur le réseau public; construire un outil de calcul de l’assiette de l’impôt foncier en lien avec les volumes habitables rencontrés; créer un observatoire de valeur foncière au profit des services de la conservation foncière de la direction générale des impôts et des domaines, «permettant d’évaluer, après les opérations d’amélioration de l’accès aux services urbaines entreprises par l’Etat ou les communes, les plus-values foncières réalisées par les propriétaires tentés par la revente de leur bien-fonds», a commenté Alain Alfred Eleli.
C’est dans le souci de créer les conditions pour l’amélioration du cadre de vie des populations, en renforçant la contribution des villes à la lutte contre la pauvreté et pour permettre ainsi au plus grand nombre de disposer d’un cadre de logement décent que le Gouvernement, avec l’appui financier de la Banque mondiale a mis en œuvre le projet DURQuaP. Celui-ci vise, entre autres objectifs de renforcer les capacités du Gouvernement et des municipalités en matière de restructuration urbaine, et d’appuyer les efforts entrepris par le Gouvernement en dotant les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire des documents de planification et de programmation urbaine clairs et opérationnels pour un renouvellement urbain.

Marcellin MOUZITA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.