Sélectionner une page

EGLISE EVANGELIQUE DU CONGO : Activer une bonne gouvernance pour relever l’enseignement

EGLISE EVANGELIQUE DU CONGO : Activer une bonne gouvernance pour relever l’enseignement

La 5e session ordinaire du Conseil national de l’enseignement protestant s’est tenue du 20 au 22 septembre 2021 sous le thème: «Défis et enjeux d’une bonne gouvernance de l’école conventionnée pour le relèvement de l’Eglise évangélique du Congo». Elle a été présidée par le Pasteur Juste Alain Gonard Bakoua, président de l’Eglise évangélique du Congo (EEC). Pendant ces trois jours, les participants ont suivi un exposé de cadrage sur thème central; la restitution et la présentation des recommandations des conseils nationaux de l’enseignement préscolaire, primaire et secondaire de l’enseignement professionnel, sessions 2020-2021; une communication sur la gestion du personnel de l’enseignant protestant.
Delphin Bahakoula, directeur général, chef du département de l’enseignement protestant a indiqué que le département a mis à nu les problèmes saillants restés à l’état chronique. Il s’agit entre autres: la situation sociale des personnels du DEP, manquant de contrat, accusant une stagnation des salaires non revalorisés depuis 15 ans, non recyclés, la lancinante question de prise en charge des enseignants pendant les vacances, la cacophonie qui est restée persistante dans les relations entre les conseils paroissiaux abritant les écoles de type 2 et les staffs de ces écoles, sur les mécanismes de fonctionnement à tous les niveaux et dans la maîtrise de ces normes fonctionnelles. «Les conseils pastoraux ou consistoriaux laissent les professionnels de la pédagogie gérer les écoles sous leur supervision et qu’ils demandent les comptes à ceux-là qu’ils ont nommés eux-mêmes. Et non être à la fois gestionnaires et contrôleurs», a-t-il dit.
Le département de l’enseignement protestant s’est dit heureux de constater une lueur d’espoir. Ce début de changement positif est dû à des actions vigoureuses: la prise en compte de la situation administrative et professionnelle du personnel du DEP; l’assainissement et la reprise des bons rapports entre les pasteurs délégués des écoles de type 2 et leurs staffs à travers les réunions de concertation de conscientisation et d’explication sur les normes de l’école et de son fonctionnement adéquat, les séminaires de renforcement des capacités des équipes de maîtrise et des enseignants au moyen des recyclages. «Grâce aux efforts de tous les acteurs impliqués dans le dialogue politique de l’école (Etat, église, le personnel administratif et pédagogique), toute cette communauté éducative s’efforce à maintenir la visibilité de notre système éducatif, dans son organisation qui sous-tend son fonctionnement de manière à demeurer une des alternatives crédibles concourant à l’amélioration du système éducatif national», a indiqué Delphin Bahakoula.
Le Pasteur Juste Alain Gonard Bakoua a souligné que cette 5e session ordinaire s’est tenue dans un contexte de crise financière engendrée par une crise de mentalité qui a secoué l’Eglise, mais les efforts sont en train d’être conjugués par ses membres à tous les niveaux pour son relèvement. «Cette crise n’a pas épargné le domaine de l’enseignement dont le comportement de certains agents a entraîné des sérieuses difficultés dans le système éducatif protestant. L’éducation est le socle d’ouverture d’esprit capable de concevoir et de se mouvoir dans l’univers de la réflexion. Elle nous aide à devenir des femmes et des hommes capables de se sentir libres de penser, d’agir grâce au savoir-faire. La bonne gouvernance ne se décrète pas, la bonne gouvernance c’est prévoir, ordonner et contrôler», a-t-il insisté.
A l’issue des travaux, les membres ont adopté les actes du Conseil technique de l’enseignement protestant (CTEP).

Aybienevie
N’KOUKA-KOUDISSA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.