Sélectionner une page

PAQUES A LA CITE DON BOSCO : La chorale Saint François De Sales a fait sa sortie officielle

PAQUES A LA CITE DON BOSCO : La chorale Saint François De Sales a fait sa sortie officielle

Pâques, c’est la grande fête de l’Eglise. Ce n’est pas une fête qui nous a été imposée, mais la commémoration du mystère de la résurrection du Christ. C’est ce que l’on peut retenir du message livré par le père Augustin Mouya de la Congrégation des Salésiens, au cours de l’unique messe du dimanche 17 avril 2022, dimanche de Pâques, célébrée dans l’une des salles du Centre de formation faisant d’office d’église, de la Cité Don Bosco, dans la périphérie nord, le 9e arrondissement Djiri de Brazzaville.

Au cours de cette messe qui a connu la participation de nombreux chrétiens venus de Talangaï, Massengo, Makabandilou, Djiri, Kintelé; la chorale Saint François De Sales de la Cité Don Bosco a fait sa sortie officielle. Dans son homélie, le père Augustin Mouya a indiqué que la Pâques, c’est une grande fête de l’Eglise. Ce n’est pas une fête qui nous a été imposée. Pâques, c’est le mystère de la résurrection du Christ.

Le père Augustin Mouya

«La résurrection du Christ est un événement heureux. Si Jésus n’était pas ressuscité, vaine serait notre foi. Dans cet évangile de Jean, il faut mettre en exergue la figure de Marie Madeleine, celle qui représente aujourd’hui toutes les femmes qui pleurent, qui sont éplorées. Marie Madeleine peut nous pousser à aimer le Christ, à aimer nos frères et sœurs. Cette femme qui a bravé la fraîcheur matinale pour le tombeau alors que tout était vide. Le Christ est ressuscité. Cherchons l’amour du Christ ressuscité, car la résurrection est un mystère compliqué et difficile à saisir pour nous chrétiens. En tant que chrétiens, nous devons célébrer le Christ vivant et non mort. Nous ne devons pas être distraits devant les épreuves de la vie. Jésus n’était pas volé dans son tombeau, mais ressuscité comme il l’avait dit. Posons des actes à travers des petits gestes d’amour et de paix», a indiqué le père Augustin Mouya.
L’histoire de cette chorale remonte à 2014, à la suite du lotissement du quartier Don Bosco, occupé par la Congrégation des Salésiens dans les années 2000, en vue d’installer les ateliers de menuiserie, de ferronnerie, de métaux en feuille, pour la formation des jeunes de la contrée en particulier, et ceux de l’archidiocèse de Brazzaville en général. Le lotissement du quartier Don Bosco proprement dit a débuté en 2013 par les populations en provenance des quartiers Talangaï, Ouenzé, Moungali, Bacongo. Le nombre de plus en plus croissant de la chrétienté a obligé les pères Salésiens a célébré les messes dans les ateliers de formation. Ainsi, l’idée de créer une chorale a germé. A ce moment-là, l’équipe des Salésiens était coordonnée par les pères Frédéric Mbayani, Joseph Condé, délégués des Salésiens au Congo, assistés du frère Paul Marie Ntsakala. A l’époque, l’équipe des Salésiens de Don Bosco était rattachée à la Province de l’Afrique Tropicale Equatoriale (ATE) et aujourd’hui, elle est placée sous la supervision de la Province du Congo-Brazzaville et Congo-Kinshasa (ACC). La première assemblée générale constitutive de la chorale Saint François De Sales s’est tenue en 2014, sous les auspices du père Frédéric Mbayani, directeur du Centre de formation Don Bosco. Le premier dirigeant de la chorale a été M. Alain Patrick Obamy et l’organiste, le père Sandzé. A l’issue de l’assemblée générale tenue en 2018, la chorale est présidée par Mme Yvette Yoka.

Pascal BIOZI KIMINOU

Rejoignez les 398 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

140 ANS, TROISIÈME !

Nous nous acheminons vers la conclusion des festivités du 140è anniversaire de l’Evangélisation du Congo. Nous l’avons fêtée à Owando, à Pointe-Noire (Loango), et maintenant à Brazzaville : nous avons mis nos pas dans les pas de ces missionnaires spiritains qui vinrent vers nous, Bible en main, pour nous apporter l’Evangile. 140 ans ont passé depuis : la graine plantée en terre du Congo est devenue plante et a donné du fruit. On pourrait dire que nous sommes passés à l’heure du bilan.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez les 398 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

juin 2023
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930