Sélectionner une page

MESSE DE PAQUES A LA PLACE SAINT-PIERRE (VATICAN) : Le Pape François appelle à la paix en Ukraine

MESSE DE PAQUES A LA PLACE SAINT-PIERRE (VATICAN) : Le Pape François appelle à la paix en Ukraine

Le Saint-Père a présidé dimanche 17 avril 2022, la messe solennelle de Pâques en présence d’environ 50.000 personnes. La liturgie s’est ouverte par le rite du ‘’Resurrexit’’, au cours duquel a été annoncé solennellement la Résurrection du Seigneur et dévoilée l’icône archeiropoloète du Très Saint Sauveur avec l’ouverture du triptyque de l’icône du Ressuscité.

Le Souverain pontife a encensé l’icône et s’est recueilli devant l’image du Christ ressuscité quelques instants en silence. L’autre rite significatif de cette célébration de Pâques, a été celui de l’aspersion, rite de purification par l’eau bénite, qui rappelle leur baptême aux baptisés qui ont participé à la liturgie. Après le chant de Gloria, la liturgie de la Parole, a inclus le chant en latin, de la ‘’séquence de Pâques’’, ‘’Victime paschall laudes’’.
La lecture de l’Evangile, Jean 20-1-9, a été proclamée en latin et en grec. Après la proclamation de l’Evangile, le Pape François n’a pas prononcé d’homélie, réservant sa parole à son message de Pâques, avant la bénédiction Urbi et Orbi, à midi, depuis la loggia de la basilique vaticane.
Durant la prière universelle, une bonne partie a été consacrée à la guerre en Ukraine, avec une exhortation à la fin des hostilités, pour recouvrer la paix. Après la bénédiction solennelle du jour de Pâques, le Pape s’est tourné vers la statue de la Vierge Marie pour le chant Pascal. Peu avant de paraître au balcon pour la bénédiction Urbi et Orbi, le Pape François a renoué avec la tradition de faire le tour de la place Saint-Pierre en papamobile, sous les ovations des fidèles.
Samedi 16 avril dans la soirée, le Souverain pontife avait laissé le Cardinal Giovanni Battista Re, doyen du collège des cardinaux, présider la veillée pascale.

Alain-Patrick MASSAMBA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.