Sélectionner une page

PÂQUES A LA PAROISSE DE LA DIVINE MISERICORDE D’INONI-PLATEAUX (ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE) : Les chrétiens invités à pratiquer l’humilité, la vérité et l’unité

PÂQUES A LA PAROISSE DE LA DIVINE MISERICORDE D’INONI-PLATEAUX (ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE) : Les chrétiens invités à pratiquer l’humilité, la vérité et l’unité

Située à 157 Km de Brazzaville, (deux heures de route), la paroisse de la Divine Miséricorde d’Inoni-Plateaux, l’une des dernières paroisses de l’archidiocèse avant La Léfini, a été dans la liesse générale de recevoir Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, archevêque métropolitain de Brazzaville, pour la première fois depuis sa prise de possession canonique du siège épiscopal. C’était dimanche de Pâques, 17 avril 2022. Toutes les communautés environnantes ont effectué le déplacement pour réserver un accueil chaleureux et à la hauteur de l’évènement au pasteur de l’Eglise de Brazzaville qui est allé toucher du doigt les réalités pastorales, paroissiales et presbytérales de cette portion du peuple de Dieu placée sous sa juridiction ecclésiastique.

Présidée par Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, la messe a été concélébrée par les abbés Darly Kounkou, administrateur du regroupement paroissial Ngabé, Mbé, Inoni, et Yvon Ndalla, vicaire coopérateur de la paroisse Saint Jean Marie Vianney, émissaire de l’archevêque pour animer le triduum pascal dans cette paroisse d’Inoni-Plateaux ayant une église en construction arrivée peu après le niveau des chainages, avec une communauté de religieuses de la Congrégation des sœurs de Sainte Marie Madeleine Postel, à proximité du presbytère. Trois diacres ont accompagné l’archevêque dans la présidence de cette célébration eucharistique qui s’est déroulée pour la circonstance sur l’esplanade de la Grotte mariale: les abbés Francis Kamara Sekiesse, secrétaire adjoint de l’archevêque, Luc Boumpoutou, stagiaire diaconal à la cathédrale Sacré-Cœur et Bob Bounkazi, stagiaire diaconal à la paroisse d’accueil.
Au début de la messe, l’archevêque a exprimé sa joie de venir célébrer Pâques avec cette communauté paroissiale en pleine croissance qui a été marquée par le passage de l’abbé Thierry Dialembontsoni, initiateur et bâtisseur de l’église encore inachevée, grâce au fruit de la vente du manioc et des ressources générées par les campagnes d’évangélisation qu’il animait.
C’est l’abbé Darly Kounkou qui a eu l’insigne honneur, au nom de l’équipe presbytérale et de la communauté paroissiale, de prononcer le mot de bienvenue: «Notre joie est grandiose et incommensurable à telle enseigne qu’aucune expression du langage humain ne pourrait résumer ce que nous ressentons en ce jour. En effet, la présence paternelle au milieu de ses enfants, rassure, donne confiance et courage pour pouvoir se maintenir, se tenir debout.», a-t-il déclaré.
Au cours de l’homélie, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou a prêché la Passion, la mort et la résurrection de Jésus pour rassembler dans l’unité les enfants de Dieu autour du Seigneur. Aussi, l’archevêque a exhorté les participants à la messe à pratiquer les vertus de l’humilité, de la vérité et de l’unité afin de bâtir leur communauté en pleine croissance et en proie à des difficultés de tout genre qui n’éloignent pas d’eux la présence du Seigneur par le biais de la Vierge Marie. Aussi, le prédicateur a encouragé le peuple de Dieu à demeurer des artisans de la vérité, de l’humilité et de l’unité en étant unis et en demeurant en communion autour de leur pasteur. De même, il a encouragé les chrétiens à aller de l’avant dans la construction de leur église paroissiale.
Pendant la procession des offrandes, les chrétiens venus de différentes communautés: Sainte Denise de Massina, Saint Vincent de Paul de Yono, Sainte Thérèse de M’kellé, Saint Michel de Mpoumako, Sainte Marie Madeleine de la Léfini, de la Léfini (communauté à relancer sous peu), Semek (communauté en voie de création), ont manifesté leur joie, leur contentement et leur allégresse en apportant à l’archevêque des denrées et autres objets divers.
Vers la fin de la messe animée par la chorale paroissiale Divine Miséricorde et ayant pour coryphée, Jean Ntsourou, secrétaire général de la communauté de Yono, Clément Liélenga, membre du Comité paroissial, a prononcé le mot de remerciement. Il a déclaré: «Comment ne pas nous réjouir de cette grâce que le Seigneur nous a faite en célébrant le premier Dimanche de la résurrection en présence de notre père-évêque?»
Intervenant en dernier, l’archevêque a informé le peuple de Dieu du report de la visite du chargé d’affaires à la Nonciature apostolique, initialement prévue pour le dimanche 24 avril 2022, mais reportée au dimanche 8 mai 2022. Aussi, Mgr Bienvenu Manamika a encouragé le peuple de Dieu à continuer à s’investir pour la construction de l’église paroissiale.
La fin de la messe a été marquée par la vénération de la Vierge Marie illustrée avec la récitation de trois «Je vous salue Marie», avant la bénédiction finale.
Après la messe, l’archevêque a réuni les prêtres, les deux conseils et des représentants des chrétiens des différentes communautés paroissiales environnantes, pour leur parler de la composition, du fonctionnement et du rôle d’un Conseil pastoral paroissial et d’un Conseil pour les affaires économiques. Il s’est enquis des réalités pastorales, paroissiales et presbytérales de cette entité ecclésiale placée sous son autorité. La réunion s’est achevée par une note de satisfaction générale des chrétiens qui ont loué l’initiative et remercié l’archevêque d’être venu à leur chevet pour prendre de leurs nouvelles.

Gislain Wilfrid BOUMBA
(De retour d’Inoni-Plateaux)

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.