Sélectionner une page

PAROISSE NDONA MARIE DE MFILOU-NGAMABA (archidiocèse de brazzaville) : Père Guy Patchel Yengo a célébré ses 10 ans de sacerdoce

PAROISSE NDONA MARIE DE MFILOU-NGAMABA (archidiocèse de brazzaville) : Père Guy Patchel Yengo a célébré ses 10 ans de sacerdoce

C’était le dimanche 24 avril 2022, deuxième dimanche de Pâques, dimanche de la Divine Miséricorde que le père Guy Patchel Yengo de l’Ordre des frères mineurs (OFM), communément appelé Les Franciscains, a célébré ses 10 ans de vie de sacerdotale, dans sa paroisse d’origine, Ndona Marie de Mfilou-Ngamaba.

Au début, le coryphée du jour circonscrivant le motif et l’intérêt de la célébration eucharistique a fait savoir: «Aujourd’hui est un jour de joie, un jour de fête pour notre paroisse, c’est aussi l’occasion de recevoir le père Guy Patchel qui commémore ses 10 ans de sacerdoce.» Ensuite, l’abbé Vincent de Paul Malonga a prononcé le mot de bienvenue au père Yengo. «C’est avec une immense joie que nous t’accueillons, vous êtes chez vous, c’est un retour au bercail. Soyez les bienvenus» Après cette allocution, le curé s’est retiré pour se rendre à la quasi-paroisse Saint Théophile de Ngamounkassa pour recevoir Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque émérite de Kinkala, pour la messe d’action de grâces de sœur Nives Ferrari, religieuse de la congrégation des sœurs de Saint Jean Baptiste de Médée, âgée de 69 ans qui célébrait son jubilé d’or de vie religieuse.
Ont concélébré la messe présidée par le père Guy Patchel Yengo, les pères Alfred Matingou, franciscain (OFM), exerçant son ministère presbytéral en Italie, les abbés Bernadin Ndoulou, 1er vicaire paroissial, Cladin Matongo, prêtre-étudiant-coopérateur, Verdoly Dieuveille Loumbou Mbandza, diacre.
L’animation des chants de la première messe de 6h 30 a été faite par la Schola Populaire et celle de 10h 30 par la chorale Père Durand de la quasi-Paroisse de Ngamounkassa.
A travers les textes liturgiques proposés par notre mère l’Eglise en ce 2e dimanche de Pâques, dimanche de la Divine Miséricorde: «Nous allons focaliser notre réflexion sur quatre points: le premier point, la Divine Miséricorde, le deuxième point, l’esprit de ressuscité et la nouvelle naissance spirituelle, le troisième point, lien indispensable entre Jésus le ressuscité et sa communauté des croyants et enfin le quatrième, l’apôtre Thomas de son doute à sa profession de foi», a affirmé le célébrant.
Dans son homélie tirée de l’évangile selon Saint Jean 20,19-31, le père Guy Patchel Yengo a déclaré: «Aujourd’hui, huitième et dernier jour de l’octave de Pâques, notre mère l’Eglise célèbre, en Eglise, peuple de Dieu, la résurrection d’entre les morts de notre Seigneur et sauveur Jésus-Christ. Ce Jésus-Ressuscité est celui-là qui aux derniers instants de sa vie terrestre, entre sa passion et sa mort sur le bois de la croix, nous a obtenu et offert le pardon de Dieu pour nos péchés, expression visible de son amour miséricordieux pour nous. Lien indispensable entre Jésus, le Ressuscité et sa communauté des croyants. Croire au Seigneur Jésus – est inséparable de rejoindre sa communauté, son corps, son Eglise. On ne peut rejoindre Jésus sans rejoindre le peuple nouveau qu’il a fait «naître de l’eau et de l’esprit» son Eglise (Corps du Christ) que nous constituons.
L’apôtre Thomas : de son doute à sa profession de foi
En réalité, Thomas demandait un «signe» pour oser croire en la miséricorde et le Seigneur le lui donne en lui présentant ses plaies, tout particulièrement son côté ouvert : «Cesse d’être incrédule, sois croyant!» Thomas peut alors accueillir la grâce et prononcer dans l’’esprit la plus belle confession de foi des évangiles: «mon Seigneur et mon Dieu». Ce que les apôtres ont «vu» de par l’œuvre de l’esprit en eux, c’est le véritable sens de l’événement de la résurrection à savoir le triomphe de la Miséricorde Divine. «Nous comprenons alors que l’acte de foi que Thomas est invité à poser est celui de croire que la Miséricorde du Seigneur a triomphé de son péché (d’incrédulité).»
Il sied de rappeler que: père Guy Patchel Yengo, fils de la paroisse Ndona Marie a été ordonné prêtre le 11 février 2012, à la Place mariale de la cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville. Il est affecté à Boundji comme coopérateur à la paroisse Saint François Xavier de cette localité dans l’actuel archidiocèse d’Owando, maître des postulants de la communauté franciscaine. Il est prêtre à l’époque de l’abbé Marcel Miayoukou, d’heureuse mémoire. Il a évolué dans la confrérie Sainte Rita, l’Evangile Prière et Vie (EPV) et a été catéchiste.
Avant la fin de cette célébration, l’abbé Bernadin Ndoulou, a remercié le père Guy Patchel Yengo, en lui exprimant sa gratitude, tout en le remerciant par ces mots «Comme le Christ, vous avez mis en priorité l’évangélisation des frères et sœurs. Avec l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie et mère de l’Eglise et mère du clergé, que votre sacerdoce soit fructueux.»
Prenant la parole à la fin père Guy Patchel Yengo a remercié l’Eternel en disant: «Que rendrais-je au Seigneur pour tout le bien qu’il m’a fait? J’élèverai la coupe du salut et j’invoquerai le nom du Seigneur Ps. 115 (116). J’ai bien voulu vivre ce moment de grâce et de joie avec vous parce que vous faites partie de ma vie, de mon histoire avec Dieu. Merci à l’abbé Vincent de Paul Malonga, curé de la paroisse, à son équipe presbytérale et à ses deux conseils qui ont accepté que cette action de grâce ait lieu en ce jour, accepté de partager avec moi cette action de grâce.»

Juvet-Pierre NGOUONO
Secrétaire général du Conseil pastoral paroissial

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Le Pape est chez nous !

Après un report en juillet, le voyage du Pape en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud se matérialise enfin. Depuis mardi le Souverain pontife est à Kinshasa, en attendant d’arriver en fin de semaine à Djouba, capitale du Sud Soudan. Ce voyage se veut un pèlerinage de paix, une invite à la réconciliation, un rappel à cette humanité que le contact avec l’évangile du Salut devrait avoir rendu plus sensible à la sacralité de la vie humaine.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728