Sélectionner une page

PROVIDAC : Faire de l’agroforesterie une mesure salutaire pour sauver les forêts

PROVIDAC : Faire de l’agroforesterie une mesure salutaire pour sauver les forêts

Le volet Agroforesterie communautaire du Projet de développement intégré des chaînes de valeurs agricoles au Congo (PRODIVAC) a été lancé, à Kinkala dans le départemental du Pool, jeudi 12 janvier 2023. Les travaux ont été ouverts par Mme Rosalie Matondo, ministre de l’Economie forestière, en présence d’Antoine Marie Sie Tioye, représentant résident de la BAD, partenaire financier du Projet, et Mme Emma Berthe Bassinga Nganzali, secrétaire générale du département du Pool, ainsi que de Benoît Ngayou, coordonnateur du Projet, des cadres du ministère de l’Economie forestière. La cérémonie de clôture a été assurée par le Pr Pascal Robin Ongoka, directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, sous la présidence de Georges Kilébé, préfet du Pool.
L’agroforesterie vise à réduire la pression de l’homme sur les forêts. C’est une mesure salutaire pour sauver le peu de forêts restant dans les trois départements couvrant le Projet et pour pratiquer une agriculture propre, rentable en milieu forestier et de contribuer aussi à la lutte contre les changements climatiques.
Le lancement du volet agroforesterie communautaire, qui interviendra dans trois départements que sont le Pool, la Bouenza et les Plateaux, a été fait à travers un atelier regroupant 95 participants représentant les pouvoirs publics, la société civile et le secteur privé. Ce volet a un financement prévu de 8 milliards de FCFA.
A l’atelier, trois communications ont été présentées. La première a abordé l’importance de l’agroforesterie et les retombées de l’arbre qui jouent un rôle capital au niveau des cultures associées. La deuxième a fait état de 100 sous-projets socio-économiques, les mécanismes de paiement et l’appui à la sécurisation foncière. La dernière présentation a évoqué les aspects liés à la gestion financière du projet pendant son exécution.
Après les échanges interactifs, plusieurs recommandations ont été formulées, entre autres, l’acquisition des tracteurs, la prorogation du projet au-delà de la période de la clôture et la mise en place d’un dispositif transitoire pour enclencher la sélection des premières cohortes des bénéficiaires en attendant l’élaboration du manuel de financement et de l’ONG d’encadrement.
A l’ouverture des travaux, Mme Emma Berthe Bassinga Nganzali a apprécié la présence de ce Projet: «Le Pool est l’un des départements au Congo dont le taux de déforestation est assez élevé, à cause notamment de ce besoin récurent et croissant en bois énergie».
Le représentant résident de la BAD a rassuré que son institution entend jouer sa partition en mobilisant les ressources nécessaires pour la mise en œuvre dudit volet.
A son tour, Mme Rosalie Matondo a donné l’intérêt de ce volet agroforesterie. «Le sous-projet agroforesterie, qui vient se greffer au PRODIVAC dans ses aspects liés à la promotion de l’agroforesterie communautaire sur 15.000 ha pour améliorer la fertilité des sols et diminuer la pression sur les forêts, permettra de contribuer à la lutte contre le changement climatique dans laquelle le Congo est engagé depuis un peu plus de deux décennies», a-t-elle déclaré.
En marge de cet atelier, la première session du comité de pilotage de ce volet agroforesterie a été tenue, toujours à Kinkala, vendredi 13 janvier 2023, sous la présidence du Pr Pascal Robin Ongoka, directeur de cabinet de la ministre de l’Agriculture, en vue de l’approbation du programme de travail et le budget annuel (PTBA) de 2023 pour le démarrage des activités. Ce comité a retenu une série d’activités pour un budget de 914.067.500 FCFA.
Pour Marcel Dieudonné Nzemba, coordonnateur adjoint du PRODIVAC, les activités à exécuter cette année sont, entre autres, la mise en place des plantations bois énergie et des parcelles d’agroforesterie consistant à mettre en place des champs des cultures vivrières, mais associées aux arbres. Concernant le bois énergie,a-t-il dit, ce sont des plantations constituées uniquement d’essences forestières qui seront utilisées par la suite comme bois de chauffe et charbon sur 500 ha dans les trois départements du Projet.

Philippe BANZ,
envoyé spécial à Kinkala

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.