Sélectionner une page

SANTÉ : «Il n’existe pas un traitement contre la poliomyélite»

SANTÉ : «Il n’existe pas un traitement contre la poliomyélite»

Après la première phase, la deuxième de la campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite a eu lieu du 20 au 22 août, avec pour objectif: vacciner 1. 161. 356 enfants de 0 à 5 ans. Pour rendre efficace de cette deuxième phase, la directrice départementale de la santé du Kouilou, Madame Clautel Pauline Portella, nous a accordé une interview pour parler de poliomyélite.

* Madame la directrice départementale, comment définissez-vous la poliomyélite?
** La poliomyélite, encore appelée polio, chez nous Bouka Bouka, est d’origine orale. Elle se transmet par voie oro-fecale. C’est une maladie qui entraine la paralysie et la mort; elle est mortelle en général, pour les chanceux, l’invalidité des membres à vie.

*Quels en sont les signes?
**Les signes débutent par la fatigue, la fièvre, les céphalées, les vomissements. S’en suivra l’affaiblissement des membres, la paralysie des muscles respiratoires et, souvent, un décès.

*Existe t-il un traitement pour cette maladie?
**Non! Il n’existe pas un traitement contre la poliomyélite; la seule mesure de lutte est la prévention par la vaccination ainsi que l’hygiène des mains (laver tous les aliments à l’eau propre, consommer l’eau potable, se laver les mains à l’eau propre au savon avant et après chaque repas. et après les toilettes. Ne pas faire les selles à l’air libre, mais utiliser les latrines ou WC.

*Pourquoi organise-t-on les campagnes de vaccination?
**Les campagnes de vaccination visent l’immunité collective des enfants de 0 à 5 ans contre la poliomyélite afin de stopper la circulation du virus et d’éradiquer la maladie.

*Quelle est la différence entre la vaccination contre la COVID-19 et la vaccination contre la polio?
**La vaccination contre la COVID-19 a pour cibles les adolescents et les adultes. Tandis que la vaccination contre la poliomyélite est administrée oralement aux enfants de 0 à 5 ans.

Propos recueillis par Séverin MOUCE

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.