Sélectionner une page

SECURITE CIVILE : La Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale s’imprègne de son fonctionnement

SECURITE CIVILE : La Commission défense et sécurité  de l’Assemblée nationale s’imprègne de son fonctionnement

Les structures du commandement de la Sécurité civile, ex-Direction générale de la Sécurité civile, ont reçu la visite vendredi 18 février 2022 dernier, de la Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale que préside Henri Zoniaba Ayimessone. Cette visite était conduite par le général de police de première classe Albert Ngoto, commandant de la Sécurité civile.

Au cours de leur visite, les membres de cette commission ont suivi la présentation générale de cette structure, puis s’en est suivie, la visite du centre de traitement et d’alerte, la visite d’un échantillon d’engins de secours, le centre de vaccination contre la Covid-19 et enfin la visite de l’infirmerie.
L’objectif visé par cette visite était de s’imprégner du fonctionnement de cette structure et des difficultés qu’elle rencontre. L’occasion était toute indiquée pour cette commission de féliciter les cadres du Commandement de la Sécurité civile.
Pour Henri Zoniaba Ayimessone, président de la Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale: «Les élus de la Commission défense et sécurité que nous sommes, et d’autres élus qui évoluent dans d’autres commissions alors avions décidé de venir au Commandement de la Sécurité civile pour échanger avec les responsables qui gèrent cette structure technique du Gouvernement de la République, afin de connaître les difficultés qui ne leurs permettent pas de bien remplir la mission qui leur a été confiée par le Gouvernement de la République. En sus de la discussion que nous avions eue, nous avions profité de les féliciter par rapport au travail fourni au temps fort du coronavirus puisque, nous avons suivi à travers nos médias écrits et parlés beaucoup de bons témoignages des hommes et des femmes dont la vie a été sauvée grâce aux sapeurs-pompiers».
Précisant que: «Le parlement a le pouvoir de contrôler l’action du Gouvernement, c’est à ce titre que nous avions décidé ce matin de venir ici, pour faire la connaissance des lieux. Et comme dans toutes les structures, ils ont des difficultés, et nous en tant qu’élus du peuple, nous allons regarder comment nous pouvons présenter cette situation au parlement, afin que le Gouvernement de la République regarde comment traiter le Commandement de la Sécurité civile avec beaucoup d’attention parce que cette structure est productive».
Satisfait de cette visite des parlementaires, le général de police Albert Ngoto s’est exprimé en ces termes: «Nous avons loué l’initiative parce qu’elle est historique, c’est pour la première fois que les parlementaires franchissent le portail de cette caserne, et ça a été pour nous un réconfort. Ils ont été édifiés sur notre situation, ils vont faire le plaidoyer auprès des autorités compétentes, afin qu’un regard plus attentif, plus attentionné soit accordé à la Sécurité civile».
Cette visite, marquée également par la signature du livre d’or de cette entité par Henri Zoniaba Ayimessone, s’est inscrite dans le cadre du contrôle de l’action du Gouvernement par les parlementaires, conformément à l’article 142 de la Constitution du 25 octobre 2015.

GODS

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.