Sélectionner une page

COOPERATION : Le 14 juillet à Brazza

COOPERATION : Le 14 juillet à Brazza

La communauté française de Brazzaville a fêté, comme de tradition, en unisson avec leur pays, la journée du 14 juillet qui marque leur fête nationale. Dans la matinée, à la résidence de La Case de Gaulle, l’ambassadeur François Barateau a rencontré une dizaine de journalistes de la place pour un point sur la coopération française avec le Congo et ses perspectives.

Des invités autour de l’ambassadeur de France, François Barateau

Il s’agit d’une relation historique d’une grande intensité, a-t-il relevé ; elle se donne à voir dans des domaines aussi variés que la santé, l’environnement et le climat, la diversification de l’économie, la jeunesse et la culture, la sécurité maritime, la formation, le renforcement des capacités de la société civile ou encore l’accompagnement du Congo dans ses efforts pour une meilleure gouvernance et une meilleure gestion de son économie et de ses finances.
Dans la soirée, toujours dans le merveilleux et historique cadre de la Case de Gaulle, M. Barateau a offert un cocktail d’amitié à un nombre restreint d’invités, la pandémie de la Covid-19 contraignant aujourd’hui de restreindre les foules. Parmi ces invités, le ministre des Affaires étrangères, de la Francophonie et des Congolais de l’étranger Jean-Claude Gakosso, et sa collègue de l’Environnement, du Développement durable et du Bassin du Congo, Mme Arlette Soudan-Nonault.
Dans son mot de circonstance, l’ambassadeur Barateau a réitéré la volonté de son pays de cheminer aux côtés du Congo et d’affronter ensemble les défis du temps. Ces défis sont nouveaux, ils sont aussi anciens, tel celui du devoir de mémoire, dans le sillage de la reconnaissance par la France, il y a 20 ans, de l’esclavage comme crime contre l’humanité. «Au Congo, les traces de ce riche et terrible passé s’estompent avec le temps. Déjà engagée dans la sauvegarde des archives nationales, la France est prête, si la partie congolaise l’estime opportun, à travailler avec elle à l’élaboration d’un projet structuré, réaliste et ambitieux d’éco-tourisme mémoriel, construit autour de Loango et de Savorgnan de Brazza, devant permettre d’affirmer la place du Congo sur la carte de l’histoire mondiale».
L’ambassadeur a conclu son mot, après l’énumération des nombreux domaines d’intervention de la coopération française au Congo, autant de chantiers pour un avenir profitable et sûr. «C’est sur cet engagement d’un ami loyal, attentionné, compréhensif et respectueux, mais aussi exigeant, responsable et fier des valeurs qui le fondent, que je clôturerai mon propos», a dit le diplomate avant de lever son verre et de trinquer à l’amitié franco-congolaise.

A.S.M.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.