Sélectionner une page

Les vendeurs du petit marché du CHU ne savent plus à quel saint se vouer

Chassés par les autorités, les vendeurs du petit marché situé à l’entrée du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B) ne savent plus où aller. Certains s’étaient installés le long du mur ouest du CHU. L’administrtateur-maire de Poto-Poto, qui est descendu lui-même sur les lieux en début de semaine, leur a dit de déguerpir. Il n’y a plus d’encombrement à cette entrée principale. Pourtant ce petit marché est nécessaire aussi bien pour les malades que pour ceux qui les gardent. Cela leur évite de faire de longs trajets pour s’approvisionner en vivres. Ne sachant plus où aller, certains vendeurs tournent en dérision la mesure d’interdiction en se réinstallant, tout en guettant l’arrivée des policiers qui les pourchassent.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.