Sélectionner une page

62ème ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE DU CONGO : La fête nationale sobre autour du Chef de l’Etat

62ème ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE DU CONGO : La fête nationale sobre autour du Chef de l’Etat

Les Congolais ont célébré dans la joie la fête de l’indépendance. Cet événement historique majeure a été marqué par le message du Président de la République à la nation, prononcé le dimanche 14 août 2022, et surtout du grand défilé militaire organisé lundi 15 août, au Boulevard Alfred Raoul. C’est le Chef de l’Etat, Denis Sassou-Nguesso, accompagné de son épouse Antoinette qui a patronné la cérémonie. En présence des présidents des Institutions de la République, du Premier ministre, des membres du Gouvernement et du Parlement, du préfet du département de Brazzaville, des officiers du haut-commandement de la force publique, des ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques, etc.

La démocratie apaisée, un peuple au travail, un pays stable en marche vers le développement». Tel est le thème sous lequel s’est célébré cet anniversaire. La population a répondu massivement à ce grand rendez-vous national sur le boulevard général Alfred Raoul, surplombé d’une tribune noire de monde. Après son arrivée à 11h27, alors que tout était fin prêt, le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso est monté à bord de la command car, pour une revue des troupes, après l’exécution, par la fanfare nationale, de l’hymne national, alors que retentissaient les 21 coups de canon tirés par les éléments du 1er régiment d’artillerie sol-sol. Il était accompagné dans cette ronde du chef d’Etat-major général, le général de division Guy Blanchard Okoï.

Le défilé militaire

A 11h48, le commandant de la zone militaire de défense n°9, commandant de la 40e brigade d’infanterie, le général de brigade Pierre Gaëtan Ickie a demandé, dans la pure tradition militaire, l’autorisation d’ouvrir le défilé, selon la formule consacrée.
Ce défilé militaire a connu trois phases: le passage des troupes à pied, le défilé motorisé et le défilé aérien. Outre le détachement d’honneur et des écoles, le défilé pédestres a connu la participation de trois composantes de la force publique, à savoir: les Forces armées congolaises, la gendarmerie nationale et la police nationale, dans leurs versions féminines et masculines.
Ces troupes ont été suivies par les corps paramilitaires des directions générales des douanes et des eaux et forêts.
La partie motorisée du défilé a été marquée par le passage des motos neuves de la DGSP, puis celles de la gendarmerie nationale, suivi des véhicules du commandement des Forces de police, du commandement de la sécurité civile, de la gendarmerie nationale, de la garde républicaine, du 1er régiment blindé, du 1er régiment d’artillerie Sol-Sol, de l’école de génie travaux et de la marine nationale.
La musique principale des FAC a ouvert et refermé le défilé. Elle est chargée d’accompagner l’exécution de la cérémonie militaire.
Dans le ciel, le vrombissement des hélicoptères militaires et le bruit assourdissant d’un avion de transport et de ravitaillement volant au-dessus du boulevard, ajoutaient à la somptuosité de l’événement.
Pour ce 62e anniversaire, il n’y a pas eu de défile civil. Ainsi, à 13h24, le général de brigade Pierre Gaëtan Ickie a pris, de nouveau, la parole, pour annoncer au Chef de l’Etat que le défilé marquant «la fête nationale de l’indépendance du Congo est terminée».
«Je vous félicite pour la bonne tenue des troupes et du bon déroulement du défilé», a répondu, pour sa part, le Président de la République qui a quitté la tribune officielle sous escorte, bien après ses invités de marque suivant l’ordre protocolaire.
Cyr Armel YABBAT-NGO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.