Sélectionner une page

ACADÉMIE MILITAIRE MARIEN NGOUABI : Les 30 ans de formation célébrés dans l’allégresse

ACADÉMIE MILITAIRE MARIEN NGOUABI : Les 30 ans de formation célébrés dans l’allégresse

La plus haute structure de formation militaire du pays, l’Académie militaire Marien Ngouabi (ACMIL) fruit de la coopération sino-congolaise, a commémoré dans l’allégresse le 5 février 2020, à Brazzaville le 30è anniversaire du lancement officiel de ses activités de formation. Sous le thème: «Académie militaire Marien Ngouabi, 30 ans après : bilan et perspectives », l’événement a donné lieu à l’organisation d’une série d’activités comme l’opération don de sang et la Journée d’évocations sur l’ACMIL, l’exposition vente des œuvres littéraires et des tableaux des auteurs et artistes peintres militaires pour rendre plus visible leur production.

Le point culminant de ces festivités a été la prise d’armes qui a réuni les troupes d’honneur, de l’Académie et bien d’autres à la place d’armes de cet établissement, sous le patronage du Président de la République, Chef suprême des armées. En présence de nombreuses autorités politico-administratives, diplomatiques et militaires.

Plusieurs temps forts ont meublé cette cérémonie au nombre desquels, la décoration par le chef de l’Etat de l’étendard de l’établissement, ainsi que des cadres congolais et chinois ayant contribué au rayonnement et à l’enracinement de l’académie, respectivement dans l’ordre du mérite congolais au grade d’officiers ; au grade de chevalier, et dans l’ordre du dévouement congolais au grade de commandeur. A cela, il faut ajouter la prestation de serment et le port des alphas argentés par la 25è promotion des élèves officiers d’active (EOA) qui ont promis défendre l’intégrité du territoire et les institutions républicaines ; la parade des EOA et la remise d’un présent de l’académie au Président de la République par l’EOA Michelle Mfoutou Ngombet, major de la 24è promotion, de la prise d’armes, de la visite guidée des installations de l’école bâtie sur une superficie de 37 ha 256, suivie de la signature du livre d’or de l’établissement par le Chef suprême des armées.
Déroulant son mot d’usage, le commandant de l’ACMIL, le colonel Charles Vingha, septième commandant de l’école a circonscrit la spécificité de l’établissement qu’il dirige depuis 2019 qui a formé plusieurs élèves-officiers congolais et africains. «La première pierre pour la construction de l’Académie militaire Marien Ngouabi a été posée par vous, M. le Président de la République en 1985, avant de procéder à son inauguration le 13 août 1986. La première promotion des élèves officiers intègre l’académie en septembre 1989 et porte les insignes d’alpha le 5 février 1990. L’Académie militaire Marien Ngouabi, organe subordonné aux Forces armées congolaises est chargé d’assurer la formation initiale, le perfectionnement et le recyclage des officiers. Elle participe aux différentes hypothèses d’engagement conformément à son contrat opérationnel. Des élèves officiers d’active ont donné de leur vie dans des circonstances opérationnelles particulières». L’académie a-t-il précisé abrite plusieurs cycles de formation à savoir, le cours d’Etat-major, le cours de perfectionnement des officiers subalternes, le cours d’application des officiers ou de spécialité et la formation initiale qui est sa vocation première.
S’agissant des formations, le colonel Vingha a relevé : «Entre 1989 et 2019, l’académie a formé 3344 officiers, dont 134 officiers féminins, 42 officiers étrangers du Bénin, de la RCA et du Gabon. Actuellement sont en formation initiale, 179 élèves officiers d’active, dont 159 Congolais et 20 étrangers, répartis en deux promotions, la 24è celle des anciens et la 25è des jeunes. Ces deux promotions comprennent 30 élèves officiers d’active féminins. Les 20 élèves officiers étrangers proviennent du Cameroun, de la Centrafrique, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Togo et du Burkina Faso».
L’académie militaire a pour objectif général de former des officiers interarmes dotés de qualités physiques, intellectuelles, morales et professionnelles leur permettant de servir dans toute formation ou unité de leur niveau dans un environnement national ou multinational. Et l’ouverture de l’ACMIL à l’international remonte à 2012 avec l’arrivée des premiers stagiaires venus d’autres pays.
A retenir également que, la veille une journée d’évocations a été organisée avec différents panels sur l’histoire de l’académie, les différentes formations données, ainsi que les perspectives pour les années à venir. Cette journée a permis au ministre de la Défense nationale, Charles-Richard Mondjo, de rappeler entre autres la vocation de cet établissement, de revoir ses activités de formation et de projeter quelques perspectives. Il a aussi conseillé aux élèves officiers d’avoir le sens de l’honneur, du courage et de la fidélité.

Alain-Patrick
MASSAMBA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.