Sélectionner une page

ACTION HUMANITAIRE : Irène Mboukou-Kimbatsa au chevet des populations sinistrées du Nord

ACTION HUMANITAIRE : Irène Mboukou-Kimbatsa  au chevet des populations  sinistrées du Nord

Apporter le soutien du Gouvernement aux victimes des pluies, accompagnées des vents violents qui se sont abattues en mars dernier dans des localités de la Cuvette, de la Cuvette-Ouest et de la ville de Ouesso, département de la Sangha, détruisant plusieurs habitations. Tel est l’objet du périple de la ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Mme Irène Marie Cécile Mboukou-Kimbatsa, dans ces trois départements du Nord du pays où elle a remis des dons de vivres et de non-vivres, ainsi que des kits scolaires aux populations sinistrées.

Un vrai marathon, dirait-on. Le périple de la ministre Irène Mboukou-Kimbatsa n’a pas été de tout repos. En quatre jours, elle a sillonné quatre localités frappées par des pluies inédites, accompagnées de vents violents, semant le désarroi et l’horreur auprès de nombreuses familles qui ont vu leurs habitations détruites ou des toitures arrachées.

Un échantillon des matériaux de construction…

Le vent était d’une extrême violence. C’est pour secourir, appuyer et sauvegarder des vies en répondant à leurs besoins d’urgence et cris de détresse que la ministre est allée apporter son soutien et une assistance aux victimes.
Pour cela, il faillait braver les bourbiers, les forêts et les routes dégradées pour atteindre certaines des localités très enclavées où les dégâts ont été enregistrés à la suite des tornades qui accompagnaient ces pluies. Vêtue de son gilet humanitaire kaki, Mme Irène Mboukou-Kimbatsa a commencé son assistance humanitaire à Ouesso, le 25 septembre dernier. Elle y a été reçue par le préfet de la Sangha, Gilbert Mouanda-Mouanda.
En effet, c’est le 10 juillet 2021 que cette catastrophe est survenue. L’assistance a concerné 25 ménages, soit 113 personnes sinistrées. «Depuis que je suis née, je n’ai jamais vu ce genre de choses», a affirmé une bénéficiaire.
«Beaucoup de maisons détruite !. N’eût été le Président de la République, qu’allions-nous devenir? Merci maman! Que Dieu vous bénisse et que vous alliez plus loin dans votre travail», a-t-elle exhorté.
Et un autre d’expliquer: «Le vent était tellement violent qu’il a rasé beaucoup de maisons et emporté des toitures. Heureusement qu’il n’y a pas eu de morts. Vous venez d’entrer au Gouvernement, mais le geste que vous venez de réaliser nous va droit au cœur. Que votre travail aille de l’avant et que Dieu vous garde».
«Merci», était donc le maître mot des bénéficiaires à l’endroit de la ministre qui s’est sentie touchée. Pour mieux se faire comprendre, Mme Irène Mboukou-Kimbatsa a, partout, parlé en langue vernaculaire. Elle a demandé aux sinistrés de recevoir ces kits au nom du Président de la République, du Premier ministre et de son Gouvernement. Mme Irène Mboukou-Kimbatsa a fait un travail de sensibilisation et de conscientisation sur la vaccination contre la COVID-19, en appelant les populations à aller se faire vacciner.
«Le vaccin est gratuit. Arrêtez d’écouter les réseaux sociaux qui découragent les gens. Allez-vous faire vacciner pour que nous puissions à jamais lutter contre ce virus et aider le Gouvernement à lever les mesures barrières qui sont très contraignantes», a-t-elle dit.
Le 26 septembre, la ministre était l’hôte des populations de Manga, précisément au village Boko, situé à plus de 30 kilomètres d’Owando, dans le département de la Cuvette. Enfouie dans la forêt et difficile d’accès, cette localité a déploré en date du 2 mars 2021, 40 ménages détruits, soit 67 personnes sinistrées. La joie était grande pour ces populations de recevoir cette assistance du Gouvernement. «Le Président de la République a entendu votre appel. Je suis venue, non pas les mains vides, mais avec ces kits pour vous permettre de reconstruire vos maisons», a déclaré Mme Irène Mboukou-Kimbatsa, tout en invitant les populations à se faire vacciner.
Le village Oka, dans la Cuvette-Ouest, est la troisième localité visitée par la ministre le 27 septembre, dans le cadre de cette assistance humanitaire, pour partager sa compassion avec les 22 victimes de la catastrophe survenue au mois de mars. L’accueil était chaleureux: danses folkloriques, chants, etc. Une joie immense qui témoigne de l’engagement et de la détermination de Mme Irène Mboukou-Kimbatsa, à apporter son soutien aux victimes d’Oka, situé à près de 15 kilomètres d’Ewo. C’était en présence du préfet Dénis Okouya.
Pour apaiser ces populations sinistrées, la ministre a fait comprendre que les maisons tombent partout, «ce n’est pas seulement à Oka», a-t-elle rappelé. Elle a conscientisé les populations, et les a appelées à se faire vacciner.
Yaba Mbéti, situé à 70 kilomètres d’Ewo, a constitué la dernière étape de cette tournée. En dépit de l’état de la route, la ministre a tenu personnellement à assister les populations qui, par le biais du chef de village, ont présenté certaines doléances. Parmi lesquelles: le manque de personnel soignant et d’enseignants, d’ambulance, d’eau potable et d’électricité, de route, etc.
«Vos doléances seront transmises à qui de droit», a répondu la ministre qui a exhorté les populations à porter régulièrement des masques et à se faire vacciner.
Dans ce village, 72 sinistrés ont été enregistrés. Ils ont tous reçu, dans une ambiance festive, le don composé de vivres (riz, sels, sardines, huiles, poissons salés), de non vivres (matelas, moustiquaires, draps, savons, sceaux), de kits de construction (tôles, pointes de tôles et ordinaires, fers de 6) et des kits scolaires (cahiers, craies, ardoises, sacs, crayons et stylos).
En rapport à la Journée internationale des personnes âgées, célébrée le 1er octobre, la ministre a remis des kits à 27 personnes âgées dont une avait 108 ans.

Cyr Armel YABBAT-NGO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.