Sélectionner une page

CAMEROUN : Des manifestations réprimées par les forces de l’ordre

CAMEROUN : Des manifestations réprimées par les forces de l’ordre

Plusieurs rassemblements contre le Président Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, ont été organisés à l’appel d’une partie de l’opposition, dans les principales villes du pays, mardi 22 septembre 2020. Globalement faible, la mobilisation a été suivie des violences perpétrées sur les populations civiles ainsi que sur des journalistes-reporters dont Polycarpe Essomba, correspondant de Radio France internationale (RFI) à Yaoundé.

Les faits se sont produits dans la capitale Yaoundé. A cause d’un important dispositif de sécurité, la foule était clairsemée de petits groupuscules de dizaines de personnes se regroupant dans plusieurs lieux de la capitale et à Etoudi près de la résidence du principal opposant du Président, Maurice Kamto, leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), un rassemblement sans violences au départ, jusqu’à ce que la police entre en action, dispersant les populations à coup de gaz lacrymogène.

Polycarpe-Essomba

Devant le domicile de l’opposant trois journalistes ont été identifiés par les forces de l’ordre et de sécurité. Entre autres: Polycarpe Essomba et deux autres journalistes de l’Agence France presse (AFP). Les policiers reprochent aux journalistes de nuire, d’entamer l’image du Cameroun à l’étranger, puis se sont mis à leur administrer les coups de matraque sur la tête. Le correspondant de RFI a ensuite été embarqué dans un fourgon de la police et placé dans une cellule individuelle au commissariat, avant d’être conduit dans un centre hospitalier pour des examens médicaux.
Un autre journaliste et un photographe de l’Agence France presse ont été embarqués. Heureusement, eux n’ont subi aucun mauvais traitement. Puis, ils ont été relâchés des heures après. Par contre, le caméraman de la chaîne de télévision privée Equinoxe a été martyrisé. Il a brièvement été hospitalisé à la suite d’un malaise. Lindovi Ndjio du quotidien La Nouvelle Expression quant à lui était toujours en détention mercredi.
«Nous regrettons les actes de ce type-là…nous espérons que les autorités entendront raison et que ce genre d’actes ne deviendront pas systématiques…», a réagi Séverin Tchounkeu, un observateur.

Gaule D’AMBERT

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.