Sélectionner une page

CENTRAFRIQUE : La CEMAC dit non aux cryptomonnaies

CENTRAFRIQUE : La CEMAC dit non aux cryptomonnaies

L’utilisation des cryptomonnaies est interdite dans les établissements bancaires et financiers des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). La décision a été prise par la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC). C’était lors d’une réunion extraordinaire le 6 mai dernier. Mais le document n’a été rendu public que vendredi 13 mai 2022.
La décision de la Commission bancaire de la CEMAC précise que les établissements bancaires et financiers ne peuvent utiliser que le franc CFA et les monnaies classiques émises par des Banques centrales et toutes les opérations réalisées ou rejetées en cryptomonnaies doivent lui être communiquées.
Il s’agit d’une première action réglementaire pour contrer l’adoption par la Centrafrique de la loi cadre sur les cryptomonnaies. Bangui voudrait les utiliser pour attirer des investisseurs et renflouer ses caisses, en autorisant leur convertibilité. Une opération très complexe en pratique.
Selon des sources, le président Faustin Archange Touadéra se trouvait d’ailleurs en fin de semaine dernière à Dubaï pour lancer une société de «minage» de cryptomonnaie, selon le terme technique. Il recevrait aussi le soutien d’une plateforme de gestion d’actifs basée à New York, aux Etats-Unis d’Amérique.
A la veille de cette décision de la COBAC, un media avait révélé que le président de la banque des Etats de l’Afrique centrale, Abbas Mahamat Tolli, avait écrit aux autorités centrafricaines pour s’inquiéter d’une possible déstabilisation monétaire, laissant planer la menace d’une mise au ban de la Centrafrique.

Gaule D’AMBERT

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.