Sélectionner une page

CÔTE D’IVOIRE : Le suspense autour d’un candidat pour le parti au pouvoir

CÔTE D’IVOIRE : Le suspense autour d’un candidat pour le parti au pouvoir

Après la mort d’Amadou Gon Coulibaly son candidat désigné à la présidentielle d’octobre prochain, le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) peine à lui trouver un remplaçant. Malgré les appels pressants des caciques du parti au président sortant Alassane Ouattara de se porter candidat à cette élection, celui-ci a répondu en invitant à la patience.

A l’issue d’une rencontre aux allures d’une convention d’investiture tenue mercredi 29 juillet dernier à Abidjan, la capitale économique de Côte d’Ivoire où ses partisans attendaient qu’il annonce la décision de briguer un troisième mandat à la magistrature suprême, Alassane Ouattara a préféré prolonger le suspens. «Je voudrais vous rassurer que je suis avec vous. Je ne vous ai jamais fait défaut…Je prends acte des résolutions du conseil politique et vous demande de continuer d’avoir une pensée pour Amadou Gon Coulibaly et de me laisser le temps du deuil et du recueillement avant de vous donner une réponse», a indiqué Alassane Ouattara. Avant d’ajouter : «je reviendrai vers vous très prochainement et je m’adresserais à la nation. Je vous demande de me laisser le temps du recueillement», a-t-il insisté.
A quelques jours de la célébration de le fête nationale et à moins de trois mois de l’élection présidentielle dans ce pays ouest-africain, la tension politique reste cristallisée autour de la question du 3e mandat. Déjà, dans une déclaration du mardi dernier, l’ancien président Henri Konan Bédié a estimé qu’«Alassane Ouattara devrait respecter sa parole qu’il ne briguerait pas de troisième mandat». Laurent Gbagbo, ancien président, demande à son tour de rentrer en Côte d’Ivoire probablement pour se préparer à cette élection. Or l’actuel président avait prévenu que si Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo se présentaient à la prochaine élection présidentielle, lui aussi le ferait, car «il ne laissera jamais ceux qui ont détruit la Côte d’Ivoire revenir aux affaires».

Gaule D’AMBERT

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.