Sélectionner une page

CÔTE D’IVOIRE : L’opposition appelle à «l’ouverture d’une transition civile»

CÔTE D’IVOIRE : L’opposition appelle à «l’ouverture d’une transition civile»

Au lendemain du scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire, l’opposition annonçait lundi qu’elle ne reconnaît pas cette élection et la fin du mandat du président Ouattara. Avant l’annonce des résultats partiels, dans les prochaines heures, le porte-porte de la coalition d’opposition, Pascal Affi N’Guessan, a lu une déclaration devant les journalistes nationaux et internationaux depuis la résidence du président du PDCI, Henri Konan Bédié. Aux côtés d’Affi N’Guessan, d’autres présidents de partis, notamment Albert Mabri Toikeusse, dont le dossier de candidature avait été jugé irrecevable par le Conseil constitutionnel.

L’opposition annonce ne pas «reconnaître l’élection présidentielle», et «appelle à l’ouverture d’une transition civile afin de créer les conditions d’une élection présidentielle juste et transparente». Par la voix de Pascal Affi N’Guessan, l’opposition a aussi appelé à «la mobilisation générale» pour faire «barrage à la dictature du président Alassane Ouattara», sans toutefois donner plus d’information ou de précisions sur les modalités de cette mobilisation. Le blocage politique est donc loin d’être levé malgré les troubles importants qui ont secoué le pays samedi dernier. L’opposition déplore d’ailleurs désormais 30 personnes tuées. De son côté, le gouvernement n’a donné aucun bilan officiel lundi en mi-journée.
L’opposition a avancé d’autres chiffres : le taux de participation notamment, qu’elle estime à moins de 10%.
L’organisation de la société civile Indigo a, pour sa part, publié un communiqué portant sur l’ensemble de la journée d’hier. L’ONG qui avait un millier d’observateurs sur le terrain indique que 23% des bureaux de vote sont restés fermés toute la journée. Soit plus de 5 000 bureaux qui n’ont pas ouvert en raison de menaces sur les agents de la CEI, d’attaques contre des centres de vote, de destruction du matériel, ou bien de barricades. Parmi les districts les plus touchés, Goh Djiboua, Lacs, Lagunes, Sassandra- Marahoué, Yamassoukro et la Vallée de la Bandama.
L’organisation a ainsi enregistré 391 bavures. Il s’agit de violences, d’intimidations, de suspicions de bourrages d’urnes, notamment à Abobo, Tiébissou, Cocody Sassandra, Bouaké, Yamoussoukro. Mais aussi de personnes ayant pu voter dans un bureau alors qu’elles ne figuraient pas sur les listes électorales et n’avaient pas de document requis, sans toutefois en préciser le nombre. Indigo rapporte également des affrontements communautaires avec pertes de vie humaine. Là non plus sans donner de chiffres.
L’organisation conclut que le déroulement du vote a été émaillé par des incidents sécuritaires majeurs. Et que tous ces incidents n’ont pas permis «l’expression massive et sereine du suffrage pour une partie importante de la population.».
Dans un communiqué, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile se félicite du bon déroulement du scrutin sur toute l’étendue du territoire national et dans la diaspora, malgré «des incidents relevés dans un nombre limité de localités». Le gouvernement indique sa «détermination à garantir la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire».

G. D’A.

Rejoignez les 420 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Le pays change, nous aussi

Même quand l’Histoire avance, il nous arrive de ne pas toujours en distinguer les séquences. Nous sommes entrés dans ce mois des douleurs où il nous arrive souvent de pleurer séparément, parfois en union, deux morts illustres de notre Panthéon national. Il y a 46 ans en effet, le Président Marien Ngouabi et le Cardinal Emile Biayenda étaient assassinés à quatre jours d’intervalle l’un de l’autre.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez les 420 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

mars 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031