Sélectionner une page

INSTITUTIONS : Devant les députés, Anatole Collinet Makosso a présenté le programme de son Gouvernement

INSTITUTIONS : Devant les députés,  Anatole Collinet Makosso  a présenté le programme  de son Gouvernement

Le Premier ministre, chef du Gouvernement, Anatole Collinet Makosso, a présenté devant l’Assemblée nationale, le 21 juin dernier, la déclaration de politique générale de son Gouvernement, conformément à la Constitution.
Pour réaliser les neuf axes stratégiques du projet de société du Président Denis Sassou-Nguesso, «Ensemble poursuivons la marche», il a dénombré 12 batailles: «Primo: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans un peuple en bonne santé; secundo: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans une politique économique rigoureuse et équilibrée; tertio: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo, sans une économie diversifiée pour une croissance inclusive; quarto: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans une politique sociale juste et solidaire; quinto: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans une culture créative; sexto: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans une politique ambitieuse d’encadrement de la jeunesse; septimo: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans paix et sécurité; octavo: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans une démocratie consensuelle; nono: Il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans une diplomatie ambitieuse; décimo: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo, sans un environnement sain; undecimo: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo, sans une décentralisation effective; duodecimo: il n’y aura pas d’avenir prospère pour le Congo sans une bonne gouvernance».
Nous y reviendrons dans notre prochaine édition.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.