Sélectionner une page

Kagamé arrive…

Selon des sources concordantes, le président du Rwanda, Paul Kagamé, serait attendu à Brazzaville le 10 avril prochain pour une visite de travail au cours de laquelle il s’entretiendra, naturellement, avec son homologue congolais Denis Sassou-Nguesso. Les mêmes sources rappellent que la visite de l’homme fort de Kigali intervient quelques semaines seulement après l’organisation d’un mini-sommet à Oyo – fief natal du président congolais -, le 11 février, qui avait notamment réuni Félix Tshisekedi et le chef d’Etat ougandais, Yoweri Museveni. La non-invitation de Kagame aurait fait grincer des dents à Kigali. Toutefois, Brazzaville suscite de plus en plus l’intérêt de Kigali. Pour preuve : le fonds d’investissement rwandais Crystal Ventures, bras financier du parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR), vient d’obtenir la concession de la zone industrielle de Maloukou, au nord de Brazzaville. Il s’engage à y investir plus de 200 millions de dollars. Quand certains Congolais parlent du Rwanda, ils se rappellent l’interview à la télévision nationale du Président Denis Sassou-Nguesso, qui en 2010, rentrant d’un voyage au Rwanda, il les avait surpris en parlant des rues de la capitale rwandaise qui étaient propres, «sans sacs en plastique ni mégots », et on y lutte contre la pollution. «Le Rwanda étant une des terres les plus propres d’Afrique, si j’ai la chance de me trouver en face du président rwandais, je lui demanderai le secret de son pays pour répondre au fléau écologique qu’est la pollution », a déclaré un citoyen ayant appris la venue prochaine à Brazzaville de Paul Kagamé.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.