Sélectionner une page

MUSIQUE : Ladis Arcade décortique le quotidien des Congolais et d’autres citoyens du monde

MUSIQUE : Ladis Arcade décortique le quotidien  des Congolais et d’autres citoyens du monde

Après Paris et Pointe-Noire, l’artiste-musicien congolais, basé en France, Ladis Arcade (Arcade Mboungui Bokassa, à l’état-civil), a présenté son nouvel album à Brazzaville. C’était au cours d’une conférence de presse qui a réuni de nombreux médias. Elle a été coanimée par les chroniqueurs musicaux Guy Francis Tsiehela de Ziana TV (France) et Bell Moukengué de Télé-Congo. C’était vendredi 5 août dernier dans un hôtel de la capitale.

Titré ‘’A part ça, tout va bien’’, cet album est sorti sur le marché du disque le 8 Juillet 2022. Quatrième du genre pour l’artiste, il compte dix titres, tous des chansons à textes, avec plusieurs sonorités, il s’agit de : ‘’Patrimoine’’, ‘’Douche froide’’, ‘’Tsunami sentimental’’, ‘’Héritage’’, ‘’Tchimfunia’’, ‘’Nouveau départ’’, ‘’Mâma ni Mâma kua’’, ‘’ Bi lundzi’’, ‘’Kouka bâ dia ntséké (cover) de Kouka Célestin, ‘’Papa Mboungui’’ et ‘’Bi lundzi’’ (bonus).
Du premier titre ‘’Patrimoine’’, au dernier ‘’Papa Mboungui’’, Ladis Arcade, pointe les travers de notre temps : dépravation des moeurs, jalousie sociale, ingratitude, paresse, etc. De même, ‘’A part ça, tout va bien’’ propose un savoureux cocktail de rythmes tropicaux, mais également des chansons, des genres musicaux bigarrés, mais tout compte fait, la rumba congolaise occupe une place importante.
Décortiquant son album qui est une autoproduction, Ladis Arcade a relevé notamment qu’il a mis du temps à l’écrire, et il comporte beaucoup de condensé. : «J’ai fait des flyers sur lesquels il y a deux faces. Le premier titre ‘’Patrimoine’’, par exemple, ce n’est pas simplement de la Rumba, l’effet rumba sur lequel je reviens souvent c’est l’orchestration que j’ai fait pour honorer le genre. Dans le fond quand je parle de patrimoine, je parle des valeurs humaines, que les aïeux, les parents, les ancêtres nous transmettent. Le deuxième titre ‘’Douche froide’’, c’est une déception, mais les déceptions, nous les avons tous les jours, et il faut savoir s’en départir et continuer sa vie. Dans ‘’Tsunami sentimental’’, c’est un peu comme un coup de foudre, on reçoit un coup de foudre de quelqu’un. Dans ‘’Héritage’’, je me pose un peu les mêmes questions, comment on peut gérer un conflit en famille. Et puis, il y a ‘’Tchimfunia’’ qui n’est autre que la haine. Dans ‘’Bilunzi’’, j’ai chanté la mort pour honorer la vie. ‘’Mâma ni Mâma kwa’’ fait honneur à la maman, ‘’Kouka ba dia ntseké, je reprends une chanson de l’ancien Kouka Célestin pour marquer cette transition, et je le fais souvent, ‘’Papa Mboungui’’ est une chanson d’honneur à mon père… ».
Sur le fondement du titre de l’album ‘’A part ça, tout va bien’’, Ladis Arcade estime que c’est un album d’espoir. «Vous remarquerez que ‘’Tout va bien’’, il y a une virgule, le ça c’est ce qui est dedans. Mais le ça là c’est quoi ? C’est ce ça là que je fais comprendre. Pour moi c’est un album d’espoir, j’ai voulu apporter en même temps une moralité. Dans cet album quand je dis ‘’A part ça’’, parce que d’une manière générale, je traite des sujets de désespoir, c’est pour dire, le désespoir est là, mais on ne doit pas se plier sur. C’est un message d’optimisme que je fais passer à travers le titre de mon opus».
L’album, ajoute-t-il, «est très varié en genre, dans l’ensemble, je suis resté sur la rumba, avec des petites particularités. J’ai effleuré un tout petit peu côté salsa. J’ai fait un album à textes à 100%, et j’ai primé plus sur le contenu, pour que le contenu soit mieux apprécié. ll fallait que la musique soit plus douce, c’est un peu ça ma philosophie, c’est pour ça que je suis resté sur la rumba sur plusieurs gammes et forces. J’ai voulu faire un clin d’œil à la rumba qui vient d’être reconnu, comme patrimoine mondial de l’humanité».
A la question de savoir pourquoi, il y a beaucoup de mélancolies dans cet album, Ladis Arcade répond : «Le constat peut être fait dans ce sens mais, il faut se dire une chose, la tristesse on la subit tous, elle n’est pas le souhait de tous ».
Ladis Arcade aime faire des chansons ouvertes pour que chacun puisse s’en accaparer et se retrouve dans sa situation. Dans cet album, la direction technique a été assurée par Ballou Canta. Les autres participants sont : Brice Malonga, Olivier Tshimanga, et pleins d’artistes congolais. Le produit est déjà sur le marché, et sur le site internet de l’artiste. Les gens peuvent le télécharger en exclusivité.
«Arcade est un musicien qui a cette ADN de nous fournir un cocktail de genres musicaux. Ce qui le caractérise vraiment, c’est ce qui fait sa force», estime Guy Francis Tsiehela.

Alain-Patrick MASSAMBA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.