Sélectionner une page

POINTE-NOIRE : Lancement officiel de l’avant-projet du plan stratégique de réforme de l’État

POINTE-NOIRE : Lancement officiel  de l’avant-projet  du plan stratégique  de réforme de l’État

Le ministère en charge de la Réforme de l’État a organisé à Pointe-Noire, du 27 au 28 juillet dernier les travaux des consultations spécifiques relatives à l’actualisation de l’avant-projet du Plan stratégique de la réforme de l’État (PSRE). Le projet est appuyé par la Banque mondiale, à travers son Projet des réformes intégrées du secteur public (PRISP). Les travaux ont été placés sous le haut patronage d’Anatole Collinet Makosso, Premier ministre, représenté par Luc Joseph Okio, ministre délégué chargé de la réforme de l’État.

Pendant deux jours, les administrations déconcentrées, les administrations décentralisées, les organisations de la société civile, le secteur privé, les universités privées et les confessions religieuses ont répondu présent à l’invitation à venir partager les avis, les observations et les suggestions sur la réforme de l’État.
Les consultations spécifiques organisées à Pointe-Noire, sont la suite d’un précédent avant-projet d’actualisation du plan stratégique de la réforme de l’État qui a été tenu à Brazzaville, les 16 au 17 février 2022.
Dans son mot de bienvenu, Max Toussaint Loemba, administrateur-maire de l’arrondissement 1 Lumumba, a souhaité un bon travail à l’ensemble des participants. Il a rappelé que la réforme de l’État a toujours été au centre des préoccupations du Président de la République depuis son accession à la magistrature suprême.
Le ministre délégué, Luc Joseph Okio a relevé, pour sa part, l’importance de la gouvernance retenue comme la douzième bataille dans le Programme d’action du gouvernent et la mise en exergue dans l’avant-projet élaboré à la suite du quatrième séminaire gouvernemental. Les défis technologiques commandent aux populations d’exiger de l’administration, la qualité et la continuité du service public, la justice sociale, le droit à l’information et le respect de l’égalité des chances.
L’État doit non seulement améliorer ses rendements, accroître son efficacité, mais aussi s’accommoder d’une approche inclusive et participative dans le traitement des questions de développement économique et social, politique et culturel.
Les travaux se sont déroulés sous forme d’atelier. Avec tout d’abord la présentation de l’avant-projet du plan stratégique de la réforme de l’État, par Fred Rychel Guembot, directeur général de la réforme de l’État par intérim. Les travaux en groupes et en plénière ont ensuite suivis.
Après des échanges, des propositions ont été formulées et seront prises en compte en vue d’enrichir l’avant-projet du plan stratégique de la réforme de l’État.
En clôturant les travaux, le ministre délégué auprès du Premier ministre, Luc Joseph Okio, a indiqué que le Gouvernement disposera d’un cadre légal de référence en matière de réforme de l’État assorti d’un plan d’action. «Je voudrais féliciter les participants, les participantes ainsi que les experts nationaux engagés dans le processus d’élaboration de cet avant-projet de plan stratégique de la réforme de l’État. En effet, c’est en cette expertise nationale en qui j’ai placé ma confiance depuis ma prise de fonction, qui a méthodiquement posé les fondations de cet édifice. Vous me donnez ici l’occasion de relever avec satisfaction que notre expertise nationale est disponible et qu’elle est en capacité d’aider le Gouvernement à relever de nombreux défis», a-t-il dit.
À noter que ce type d’atelier se poursuivra également dans les départements de la Cuvette, la Sangha et des Plateaux.

Madocie Déogratias MONGO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.