Après la présentation de ses lettres de créance au Président de la République en tant que nouvelle ambassadrice de France au Congo, Mme Claire Bodonyi a effectué sa première mission de travail dans la capitale économique congolaise en visitant le Port autonome de Pointe- Noire. Cette visite entre dans le cadre de la coopération séculaire entre la France et le Congo. Elle a eu lieu le samedi 30 septembre dernier, sous le guide de Séraphin Balha, directeur général du port, avec la présence de chefs d’administration du port ainsi que de la consule générale de France à Pointe-Noire, Véronique Wagner.

Une première mission de travail à Pointe-Noire pour faire vivre la relation économique, de coopération entre la France et le Congo. Tels ont été les premiers mots de l’ambassadrice après la visite du Port autonome de Pointe-Noire.

IMG 20230930 092559 048 2
pendant la visite du conteneur à Terminal L’ambassadrice et l’ensemble de la délégation

Une visite qui a connu des moments forts, en commençant par la projection d’un film promotionnel du Port autonome de Pointe-Noire.
Par la suite, l’ambassadrice et ses accompagnateurs ont visité le terminal à conteneurs Congo Terminal, la société les Grands moulins du phare (SGMP), le quai multi vrac et aussi le site du futur port de pêche industrielle.
Au cours de la visite, Claire Bodonyi s’est dite positivement impressionnée par les installations visibles et qui sont le fruit de cette coopération agissante entre la France et le Congo avec la présence de beaucoup d’entreprises françaises.
Par l’Agence française de développement (AFD), qui accomplit son travail avec d’autres partenaires pour le développement de ce Port autonome de Pointe-Noire, ces entreprises créent de l’emploi. C’est un lieu très important pour le Congo, pour son développement également.
«J’espère qu’ensemble, nous pourrons la faire avancer. Si nous avons les partenaires autour de nous, nous arriverons à faire des projets d’importance dans le port autonome. Car ce port nécessite des centaines de millions d’investissements et nous devrions être un nombre maximum de partenaires pour pouvoir mener les programmes qui sont d’une importance capitale pour le développement du Congo. Nous avons tout intérêt à être nombreux, à être appuyés par les entreprises qui savent faire car le développement du Congo passe par Pointe-Noire», a dit l’ambassadrice de France au Congo-Brazzaville.

Inscrivez-vous pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.