Sélectionner une page

PROTECTION SOCIALE : Les personnes âgées appelées à se faire vacciner et à observer les mesures barrières

PROTECTION SOCIALE : Les personnes âgées appelées à se faire  vacciner et à observer les mesures barrières

Le 1er octobre de chaque année, la communauté internationale célèbre la Journée des personnes âgées. Cette année, elle s’est déroulée sous le thème: «Protégeons les personnes âgées contre la pandémie de COVID-19 en les vaccinant». Au Congo, le Gouvernement a rendu publique une déclaration lue par Mme Irène Mboukou-Kimbatsa, ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire.

Instituée par les Nations Unies, cette Journée a été célébrée pour la première fois en 1991.
Elle permet de conscientiser la communauté internationale et nationale sur la place qu’occupent ces personnes dans la société, d’examiner les problèmes auxquels elles sont confrontées en vue de prendre des décisions pour leur garantir une protection sociale adéquate et leur permettre de participer à la vie sociale, économique et politique.
La 31e édition, a dit la ministre, «reste marquée par la prépondérance de la situation d’urgence sanitaire due à la pandémie de la COVID-19. Cette situation accentue la vulnérabilité des personnes âgées du fait de son impact dévastateur sur leur vie».
Depuis le début de cette pandémie, a-t-elle poursuivi, « les personnes âgées ont payé le plus lourd tribut, au regard des données statistiques partout dans le monde, elles représentent une plus grande proportion des cas signalés, d’hospitalisation, d’admission aux soins intensifs et décès y relatifs. Ce qui justifie la nécessité de prioriser leurs droits et de répondre de façon optimale à leurs besoins essentiels en cette période critique».
Elle a réitéré les engagements du Gouvernement en matière de protection des droits des personnes âgées, conformément au plan stratégique d’action en faveur de cette couche vulnérable.
Et de rappeler l’article 31 de la Constitution qui dispose que les personnes âgées ont droit à des mesures de protection en rapport avec leurs besoins physiques, moraux ou autres, en vue de leur plein épanouissement. Ainsi que les cadres d’action et instruments juridiques internationaux qui garantissent les droits de ces personnes, auxquels le pays a adhéré. «Dans cette optique, le ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire a introduit dans le circuit d’approbation un projet de loi portant promotion et protection des droits de la personne âgée en République du Congo pour harmoniser sa législation avec les instruments juridiques internationaux», a fait savoir Mme Irène Mboukou-Kimbatsa qui a aussi annoncé l’actualisation, en partenariat avec l’OMS, du Plan d’action stratégique en faveur des personnes âgées.
Dès la déclaration des premiers cas confirmés de la COVID-19 en mars 2020, «le Président de la République, tout en déclarant l’état d’urgence sanitaire, avait décidé de prendre des mesures sociales en faveur des populations vulnérables dont les personnes âgées. Ces mesures sociales ont été concrétisées par le renforcement des services sociaux y compris les transferts monétaires en faveur des personnes âgées, à travers le projet Lisungi», a-t-elle rappelé.
Pour la ministre, la question des droits des personnes âgées en situation d’urgence doit être abordée de façon holistique en termes de protection sociale, de santé et d’éducation. «Elle nécessite donc un effort de plaidoyer important auprès des partenaires et entre partenaires. C’est par la mobilisation de tous que nous parviendrons à les sortir de leur position de vulnérabilité actuelle, faire entendre leur voix et défendre pleinement leurs droits».
Elle a encouragé le Conseil consultatif des notabilités et des sages à se mettre à contribution à travers l’émission d’avis et de propositions concrets en lien avec la qualité de vie des personnes âgées. «J’exhorte les personnes âgées à se faire vacciner, à observer toutes les mesures barrières édictées par le Gouvernement afin de se protéger contre la COVID-19», a réitéré Mme Irène Mboukou-Kimbatsa.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.