Sélectionner une page

RD CONGO : Quatre des derniers négociateurs otages libérés par leurs ravisseurs

RD CONGO : Quatre des derniers négociateurs otages libérés par leurs ravisseurs

L’ancien chef de guerre Thomas Lubanga et les trois autres personnes retenues en otage par un groupe armé alors qu’ils négociaient un cessez-le-feu en Ituri, dans le Nord-est de la République Démocratique du Congo, ont été libérés après deux mois de captivité. Thomas Lubanga a déclaré à sa sortie de captivité: «Nous étions dans les goulots d’étranglement. Il n’y avait plus d’issue pour nous vu les enchères qui étaient montées autour de nos personnes par nos ravisseurs. Nous constituions pour nos ravisseurs des trophées avec lesquels ils pouvaient faire des chantages autant qu’ils le voulaient et pendant des mois». «Une coordination parfaite de nos forces armées avec les colonels qui étaient avec nous a permis de défaire ce groupe qui ne réfléchit qu’en mal. Nous avons bénéficié des orientations professionnelles de la part du secteur opérationnel, de la Garde républicaine. C’est une libération des guerriers, de bravoure», a-t-il renchéri.
Au total, huit membres de cette Task force présidentielle avaient été pris en otage le 16 février dernier par les combattants du groupe armé Coopérative pour le développement du Congo (CODECO), qui prétend défendre les membres de la communauté LENDU.
La délégation comprenait notamment outre les anciens chefs de guerre Thomas Lubanga, Germain Katanga, jadis condamnés par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité au début des années 2000, Floribert Ndjabu, le Pr Jean-Baptiste Dhechuvi, Janvier Ayendu Bin Ekwale, deux colonels de l’armée congolaise et le chauffeur du groupe.
La milice exigeait notamment la fin de l’état de siège, la libération des prisonniers et une amnistie. Plusieurs dizaines de détenus assimilés aux combattants de la CODECO avaient été relâchés par les autorités congolaises à Bunia, fin mars en contrepartie de quatre premiers otages.
L’Ituri et la province voisine du Nord-Kivu sont placées sous état de siège depuis 11 mois, sans que cette mesure exceptionnelle et draconienne n’ait permis de mettre fin ou de réduire les exactions des groupes armés dans la région. Le premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde à la tête d’une forte délégation gouvernementale a récemment effectué une visite de quatre jours dans la région pour évaluer cette mesure.

G. D’A.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Le Pape est chez nous !

Après un report en juillet, le voyage du Pape en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud se matérialise enfin. Depuis mardi le Souverain pontife est à Kinshasa, en attendant d’arriver en fin de semaine à Djouba, capitale du Sud Soudan. Ce voyage se veut un pèlerinage de paix, une invite à la réconciliation, un rappel à cette humanité que le contact avec l’évangile du Salut devrait avoir rendu plus sensible à la sacralité de la vie humaine.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728