Sélectionner une page

SANTE : Rapport de la coalition «Publiez ce que vous payez»

SANTE : Rapport de la coalition  «Publiez ce que vous payez»

Plateforme d’organisations de la société civile engagées dans la transparence des recettes de l’Etat et l’utilisation responsable des revenus publics, la coalition «Publiez ce que vous payez», vient de rendre public son rapport sur l’exercice budgétaire 2019 et l’équipement des hôpitaux. C’était le lundi 13 septembre 2021 au siège de l’ACERAC, au cours d’une conférence de presse animée par Christian Mounzéo, coordonnateur national de la coalition, en présence de Samuel Nsikabaka, secrétaire général de la Fondation Niosi; Brice Makosso, responsable de la commission Justice et Paix de l’archidiocèse de Pointe-Noire et de Mme Rita Espérance Mabyalhat Lhembet, responsable des programmes sur la transparence à la commission Justice et Paix de l’archidiocèse de Pointe-Noire.

C’est le septième rapport publié par la coalition. Il a révèlé une très faible exécution du budget du ministère de la Santé en 2019, et met en exergue de nouveaux problèmes qui sont un véritable défi à l’accès aux soins de santé de qualité et de proximité au Congo.
La présentation du rapport faite par Mme Rita Espérance Mabyalhat Lhembet a analysé 77 projets de 2019, dont le montant total était estimé à 19 milliards 642 millions de francs Cfa. La coalition n’a pu évaluer que l’exécution de 35 projets, à cause de plusieurs obstacles, dont le refus de l’Etat de collaborer avec les organisations de la société civile pour un meilleur suivi.
Parmi les projets évalués, aucun n’a complétement été achevé, indique le rapport. «Pourtant les fonds étaient décaissés. Les résultats de ces projets sont très préoccupants. Des difficultés ont été énumérées dans leur mise en œuvre. Le constat fait a montré que de nombreux projets de santé sont arrêtés et restent à l’état. Il s’agit, entre autres, des projets de construction des centres de santé intégrés. On a noté aussi la vétusté des plateaux techniques», ont expliqué les membres de cette coalition.
Pour corriger toutes les incohérences déplorées dans l’exécution du budget, les pistes de solution ont été suggéréess par Brice Makosso, contenues dans le rapport sous forme de recommandations. Il s’agit, entre autres, de prévenir la faible exécution du budget en limitant le nombre de projets à inscrire dans le budget d’investissement; veiller à ce que les informations relatives aux finances publiques soient accessibles et disponibles sur le site Web du ministère des Finances et de tous les autres ministères; interdire l’utilisation des automobiles dédiées à l’urgence sanitaire par les politiques; divulguer les dépenses liées aux évacuations sanitaires, ainsi que la liste des bénéficiaires et divulguer le plan d’action des réformes permettant le passage en 2022, au budget axé sur les résultats.
Dans son mot de circonstance, Christian Mounzéo a rappelé que «Publiez ce que vous payez» est un réseau réunissant près de mille organisations de la société civile aujourd’hui à travers le monde, luttant pour la transparence et la redevabilité dans les industries pétrolières, gazières et minières.
La campagne de la coalition congolaise regroupe également des organisations spécialisées dans les droits humains, dans la lutte contre la corruption, pour la gouvernance, l’environnement. «La campagne globale croit qu’il est possible de construire un monde pour que tous les citoyens bénéficient de leurs richesses naturelles. Dans sa démarche, le réseau global «Publiez ce que vous payez» et le réseau national que nous représentons entendent réduire les possibilités de corruption, permettant aux citoyens de jouer un rôle clé dans la façon dont les ressources naturelles sont gérées», a-t-il dit.
Depuis plusieurs années, la coalition congolaise fait le suivi du budget de la santé dans le souci de contribuer au renforcement des efforts visant l’efficacité des dépenses publiques, dans la perspective d’améliorer l’offre de santé publique.

Philippe BANZ

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.