Sélectionner une page

SOMMET ORDINAIRE DE LA CEDEAO : Levée partielle des sanctions économiques et financières contre le Mali

SOMMET ORDINAIRE DE LA CEDEAO : Levée partielle des sanctions économiques et financières contre le Mali

Les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont levé partiellement les sanctions économiques et financières infligées au Mali depuis janvier 2021. La décision a été annoncée lors du sommet ordinaire de cette organisation à Accra, au Ghana, dimanche 3 juillet dernier.

Ce sommet a également décidé du retour à Bamako des diplomates de la CEDEAO. Ces dernières semaines, la capitale malienne a multiplié les actes de bonne volonté pour aboutir au résultat obtenu le 3 juillet 2022. Une loi électorale fixant les modalités de l’organisation des élections a été adoptée par le Conseil national de transition (CNT) et promulguée par le chef de l’Etat de transition, le colonel Assimi Goïta. De même, un projet de chronogramme des élections selon lequel la présidentielle est prévue en février 2024 a été présenté aux partis politiques.
Le Mali devrait également disposer de son projet de nouvelle Constitution dans deux mois. Les personnes chargées de le rédiger ont été nommées par décret mercredi 29 juin dernier. Les dirigeants ouest-africains, réunis pour la 61e session ordinaire de l’organisation sous-régionale ont aussi acté une transition de vingt-quatre mois à compter du 1er juillet 2022 pour le Burkina Faso. Aussi, ont-ils rejeté la proposition de trente-neuf mois de transition formulée par la junte en Guinée et décidé de la nomination d’un nouveau médiateur pour ce pays.
Lors de ce sommet, le Bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embalo, a été élu Président de la CEDEAO, il succède à son homologue du Ghana, Nana Akufo-Addo dont le mandat est arrivé à terme.

Alain-Patrick MASSAMBA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.