Sélectionner une page

TOGO : Faure Gnassingbé reconduit sans surprise à la tête du pays

TOGO : Faure Gnassingbé reconduit sans surprise à la tête du pays

Le verdict de l’élection présidentielle du samedi 22 février dernier est connu. Sans surprise, le président sortant Faure Essozimna Gnassingbé a été réélu dès le premier tour, avec 72,36% des voix. Il est secondé par l’opposant Agbéyomé Kodjo qui aurait obtenu 18,37% des suffrages, et qui déjà conteste les résultats en dénonçant des irrégularités. L’autre opposant, Jean-Pierre Fabre qui n’aurait totalisé que 4,35% arrive troisième. Ces résultats provisoires proclamés, dans la nuit du dimanche au lundi par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) devront être confirmés par la Cour constitutionnelle du pays. Les candidats ont six jours pour faire recours.
Ce scrutin qui a mobilisé environ 3,6 millions d’électeurs a mis aux prises sept candidats. Il a été suivi par des observateurs nationaux et internationaux dont ceux de l’Union africaine (UA), de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), et a enregistré plus de 73% de participation. Le candidat du parti Union pour la République (UNIR), créé en 2012 en remplacement du Rassemblement du peuple togolais de son père, est ainsi élu pour un quatrième mandat de cinq ans.
Après ce scrutin, beaucoup craignent que le Togo ne bascule dans un embrasement car la tension monte déjà et le ton se durcit très vite du côté de l’opposition. Entre le vainqueur et le second, se trouve Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), qui est lui aussi une figure de proue de la classe politique au Togo. Agé de 54 ans, Faure Gnassingbé dirige le Togo depuis 2005 après avoir succédé à son père. D’abord président par intérim du 7 au 25 février, il est ensuite élu trois fois de suite les 24 avril 2005, le 4 mars 2010 et le 25 avril 2015, avant de se représenter pour la quatrième fois cette année, pour une quatrième victoire d’affilée lui donnant droit à un quatrième mandat jusqu’en 2025. Avec sa réélection, il pourrait demeurer encore au pouvoir jusqu’en 2030, puisqu’il a réussi à changer l’an dernier la Constitution en y dénouant certains verrous liés à l’âge et au nombre limité de mandats.

Aristide Ghislain
NGOUMA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.