Sélectionner une page

VOLONTARIAT : Importance des volontaires dans le développement des communautés

VOLONTARIAT : Importance des volontaires dans le développement des communautés

L’humanité a célébré la Journée mondiale du volontariat. C’était lundi 5 décembre passé. Dans son message diffusé à l’occasion de cette Journée, le ministre congolais en charge de la Jeunesse, Hugues Ngouélondélé, a souligné l’importance de la contribution des volontaires au développement socio-économique des communautés.
Pour le ministre, «le volontariat est une manifestation citoyenne active, une école de la solidarité qui permet de vivre des expériences, de s’ouvrir à d’autres horizons et d’acquérir de l’expérience.». Ainsi, a-t-il poursuivi, «le volontariat permet aujourd’hui de transformer la solidarité en actes concrets dont les résultats sur les communautés sont tangibles.»
A chaque célébration de cette Journée, un thème. «Ensemble, agissons maintenant» est celui de cette année. Il traduit, selon Hugues Ngouélondélé, «la nécessité de tout citoyen de s’engager dans le volontariat, comme un acteur du changement, relevant les défis des Objectifs de développement durable des Nations Unies.»
Le membre du Gouvernement a expliqué que l’Etat s’est doté, en s’appuyant sur une loi, d’un programme de volontariat dénommé ‘’Corps de jeunes volontaires du Congo’’. Il a, en outre, indiqué que les deux premières cohortes réalisées par ce programme «ont montré un engouement des jeunes volontaires dans l’accomplissement de leurs missions». Ainsi, le Gouvernement envisage de donner, dans le cadre du projet YouthConnect Congo, une envergure plus importante aux prochaines cohortes.
Le ministre veut que le volontariat entre davantage dans la tradition des Congolais. Aussi a-t-il exhorté la jeunesse à porter son action vers l’engagement civique à travers le volontariat, comme moyen pour l’atteinte des ODD dans le pays.

G.-S.M.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.