Sélectionner une page

19e EDITION DES SANZAS, LE TROPHEE DES CREATEURS : Les dix récipiendaires ont été récompensés

19e EDITION DES SANZAS, LE TROPHEE DES CREATEURS : Les dix récipiendaires ont été  récompensés

Les récipiendaires des sanzas étaient sous les feux des projecteurs, au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée samedi 14 janvier 2023 à Brazzaville, en présence de Lydie Pongault, ministre de l’Industrie culturelle, touristique, artistique et des loisirs, ainsi que de nombreux acteurs culturels, mécènes et célébrités de tout bord. La cérémonie de remise des Sanzas est une parade qui célébre l’excellence de la créativité, l’ouverture sur l’autre et la promotion des expressions, fussent-elles, culturelles ou scientifiques.

Le Groupe Pella Yombo (GPY) s’attèle depuis bientôt deux décades aux fins de célébrer solennellement les femmes et les hommes qui chaque année se distinguent par leur génie créateur. Pour Beethoven Henri Germain Yombo, promoteur des Sanzas, le Trophée des créateurs, en relevant le défi, 365 jours durant, les artistes mettent le pied sur l’étrier afin que la cloche des Sanzas sonne la tenue de chaque édition. ‘’Dix-neuf ans consécutivement, nous venons rendre un hommage mérité à nos faiseurs de rêves, les artistes, pour que nos rêves surclassent nos migraines psychologiques qui nous assaillent sans cesse. Maintenant, nous allons après avoir déniché nos talents, mettre sous les feux des projecteurs de l’actualité nationale et internationale ceux pour qui le challenge a honoré la République par leur art talentueux, a retenu l’attention du jury’’, a-t-il fait savoir.

Afara Tséna, l’un des récipiendaires brandissant son trophée

Après avoir marqué son admiration et son soutien au promoteur des Sanzas, la ministre Lydie Pongault a, pour sa part, reconnu que depuis 2023, les Sanzas constituent un moment solennel de la vie culturelle du Congo, un rendez-vous incontournable. «Ce soir, je suis fière pour les différents lauréats qui valorisent des métiers et participent au rayonnement de notre pays et de nos existences respectives», a-t-elle souligné.
Les différents récipiendaires ont reçu un trophée, un diplôme et une enveloppe dont le montant n’a pas été révélé, pour les encourager. Et, les résultats par catégorie se présentent de la manière suivante: catégorie peinture: Eliezer Ndinga; catégorie sculpture: Michel Nguindou; catégorie mode: Gloire Itoua; catégorie théâtre: Brazza comedy show; catégorie cinéma: Claudia Haïdara Yoka; catégorie littérature: Onday Akiéra; catégorie musique: Afara Tséna; catégorie arts médiatiques: Radio Trans-Equatorial; catégorie promotion culturelle: prix du meilleur spectacle: Les Brasseries du Congo; prix de reconnaissance: Kosmos Moutouari.
Au cours de la cérémonie, Beethoven Henri Germain Yombo a également déballé le programme de son Groupe pour l’année 2023. Galvanisé par la tenue de la 13è édition de La Nuit du Congo à l’expo 2020 de Dubai, le planning majeur 2023 du Groupe Pella Yombo se présente comme suit: 20 juillet 2023, méga concert de magnifier la Rumba congolaise; 15 août 2023: 14è édition du Festival Couleurs du Congo (Musiques et danses des terroirs); 23 novembre: 14è édition de La Nuit du Congo à…pour toujours contribuer à projeter une image positive du Congo dans le monde. Aussi à l’occasion de la 20è édition des Sanzas l’année prochaine, ce concept sera désigné les Sanzas d’Or, le Trophée des créateurs.
Emus du choix porté sur eux, les récipiendaires ont, dans leur ensemble, ont salué l’initiative et souhaité qu’elle soit pérenne. Ils ont aussi exhorté le ministère en charge de l’Industrie culturelle de prêter beaucoup plus d’attention aux artistes qu’ils sont, afin de relever le niveau culturel du Congo.

A.P MASSAMBA
& Prince OKO (Stagiaire)

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.