Sélectionner une page

ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE : Quatre nouveaux prêtres dans le champ du Seigneur

ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE : Quatre nouveaux prêtres dans le champ  du Seigneur

En la solennité du Cœur immaculé de Marie, le 25 juin 2022, en la paroisse cathédrale Saint Pierre apôtre, Mgr Miguel Angel Olaverry, archevêque métropolitain de Pointe-Noire, a ordonné quatre prêtres. Parmi eux, un salésien de Don Bosco, dont le père Alain Florian Miafouna, les abbés Christ Pascua Pangou Nzaou, Nirolvi Tasnice De-Pratt, Jean Misère Ngoma Batchi. Ils ont dit oui au Seigneur pour le service de son Eglise comme prêtres. La présence de plusieurs prêtres, religieux et diocésains, venus d’ailleurs et de l’archidiocèse de Pointe-Noire, a rehaussé l’éclat de cette célébration. La messe a été animée par la chorale diocésaine, la schola populaire, les amis du Grégorien et la famille Kivuvu.

Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal qui le configure au Christ-prêtre pour le rendre capable d’agir en sa personne qui est la tête. Il s’agit également d’une marque ineffaçable, au même titre que le baptême. C’est le cas pour les nouveaux ordinands: par l’imposition des mains de Mgr Miguel, ils ont reçu ce caractère sacerdotal.
Après l’appel des candidats par l’abbé Alain Loemba, vicaire général de Pointe-Noire, et du père Manolo Jiménez, supérieur régional des Salésiens (RDC et Congo Brazzaville), les nouveaux prêtres ont été acceptés par l’évêque et le peuple de Dieu dans l’ordre presbytéral.

Mgr Miguel Angel Olaverri conférant l’ordination sacerdotale à un candidat

Dans son homélie tirée de l’évangile de saint Luc (Lc 2,41-51), Mgr Miguel a invité l’ensemble du presbyterium à ne pas briser la grâce reçue sur les rochers du péché, de la méfiance et de la peur.
«Cherchons-le, laissons-nous chercher par lui, cherchons-le en toute chose et avant tout. Et avec lui, nous ressusciterons. Il est nécessaire que nous allions tous chercher aujourd’hui la sagesse du Christ pour l’amener à nos familles comme le cherchaient Joseph et Marie».
Mgr Miguel a demandé aux nouveaux prêtres que leur doctrine soit donc la nourriture du peuple de Dieu, car si elle vient du cœur et naît de la prière, elle sera féconde.
«Que le parfum de votre vie soit la joie et le soutien des fidèles du Christ: hommes de prière, hommes de sacrifice. Et que par la parole et par exemple, vous puissiez édifier la maison de Dieu qu’est l’Église. Pour cela lisez et méditez avec assiduité la parole du Seigneur pour croire ce que vous avez lu», a recommandé Mgr l’archevêque métropolitain de Pointe-Noire.
Après l’homélie de Mgr Miguel, a suivi le rite d’ordination comportant un dialogue entre Mgr Miguel et les ordinands, ainsi qu’une promesse d’obéissance à l’évêque.
La litanie des saints, l’imposition des mains et le rite complémentaire, au cours duquel chaque ordinand a reçu les vêtements sacerdotaux ont également suivi. Ainsi que le saint chrême sur leurs paumes de main en signe de consécration par l’évêque qui a remis à chaque ordonné la patène et le calice.
Que de la joie dans l’archidiocèse de Pointe-Noire, car un nombre d’ouvriers s’est ajouté dans l’Eglise de Dieu qui est au Congo.
M. Firmin Bozangabato, président du Bureau exécutif diocésain pour l’apostolat des laïcs (BEDAL), a remercié Mgr Miguel pour le travail accompli et les accompagnateurs qui ont été toujours là pour les nouveaux prêtres.
Au nom des prêtres ordonnés, l’abbé Christ Pascua Pangou Nzaou, a exprimé son allégresse en rendant grâce à Dieu: «Car la consécration dont nous sommes récipiendaires aujourd’hui est, en réalité, une nouvelle étape de notre vocation baptismale. Ce n’est jamais fini une fois qu’on est ordonné prêtre. A la vérité, c’est le moment, l’heure est venue de sortir de notre sommeil pour embrasser l’amour qui déborde du cœur aimant de Jésus Christ», a-t-il dit
À la fin de la célébration eucharistique, Mgr Miguel a invité l’ensemble des prêtres à vivre dans la synodalité l’amour fraternel.

Madocie Déogratias MONGO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.