Sélectionner une page

Congo – Union européenne : Signature de trois conventions de financement dans le domaine du numérique et de la professionnalisation de la police

Congo – Union européenne : Signature de trois conventions de  financement dans le domaine du numérique  et de la professionnalisation de la police

La République du Congo et l’Union européenne (UE) disposent, désormais de trois conventions de financement dans le domaine de la digitalisation et de la professionnalisation de la police par la mise en place de commissariats modernes. Ces trois conventions ont été signées jeudi 19 mai 2022 au ministère des Finances, à Brazzaville par Rigobert Roger Andely, ministre des Finances, du budget et du portefeuille public et Giacomo Durazzo, ambassadeur de l’Union européenne au Congo. C’était en présence de deux autres membres du Gouvernement, Raymond Zéphirin Mboulou, ministre de la sécurité et de l’ordre public et Léon Juste Ibombo, ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, ainsi que des chefs de missions diplomatiques des Etats membres de l’Union européenne. Les trois conventions signées consacrent le renforcement des liens de partenariat financier entre le Congo et l’Union européenne.

Pour Rigobert Roger Andely, ces trois conventions sont d’une importance majeure; elles portent sur les dons et non sur les prêts. «Ces conventions portent sur un montant cumulé de 25 millions d’euros, pour appuyer les mesures transversales dudit partenariat. Il s’agit d’apporter des priorités au Gouvernement, réparties en trois tranches: 15 millions d’euros pour la gouvernance économique diversifiée et digitalisée; 5 millions d’euros pour la démocratie, les droits humains et la gouvernance participative; 5 millions d’euros pour l’optimisation du partenariat entre le Congo et l’Union européenne. Ces conventions viennent s’ajouter à d’autres accords de facilitation élargis de crédit signés en janvier dernier avec le fonds monétaire international (FMI), d’un montant de 450 millions d’euros sur une durée de trois ans, en attendant le décaissement de la deuxième tranche, puisque la première a été déjà effectuée. A ce titre, nous devons respecter les engagements pris avec les partenaires internationaux», a précisé le ministre des finances.
L’ambassadeur de l’Union européenne a souligné l’importance de la digitalisation du numérique, ainsi que le programme d’appui à la modernisation et la professionnalisation de la police par la mise en place de commissariats modernes. «Il s’agit de renforcer le niveau de partenariat en cours qui s’est inscrit pendant de longues années dans le cadre global de l’accord de Cotonou, avec le Fonds européen de développement (FED) comme principal instrument financier. Cet accord arrive prochainement à terme pour laisser place à un partenariat renouvelé qui incarne la volonté des deux parties de le recentrer sur des objectifs communs et des ambitions ancrées dans un monde qui a profondément changé et qui est en constante mutation. Le nouvel accord entre l’Union européenne et les pays de l’organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) introduit également des changements opérationnels dont le transfert de la maîtrise d’ouvrages de programmes à la Commission européenne. En ce qui concerne la coopération bilatérale entre l’Union européenne et le Congo, le programme indicatif pluriannuel pour la période 2021-2027 est doté d’un budget global de 73 millions d’euros, sous forme de dons, pour ses premières années de mise en œuvre. Ce programme indicatif interviendra dans trois domaines prioritaires: la gouvernance économique et la transition vers une économie verte, diversifiée et digitalisée; la gestion durable des ressources naturelles, la préservation de l’environnement et la lutte contre le changement climatique. Dans ce domaine, l’Union européenne poursuivra son soutien à la gestion durable des ressources forestières, à l’avènement des villes résilientes, à la lutte contre les changements climatiques, ainsi qu’à la promotion d’énergies renouvelables; la démocratie, les droits humains et la gouvernance participative. Les interventions sous cette priorité visent la protection des droits des populations vulnérables à travers un appui à la modernisation de la police et la protection des droits des personnes en milieu carcéral, puis le renforcement des capacités de la société civile pour accompagner et promouvoir le développement socio-économique du pays. Cette initiative dénommée «Congo digital» est un projet de mixage prêts-dons qui combinera un don de l’UE de 15 millions d’euros avec un prêt préférentiel de la Banque européenne d’investissement de 25 millions d’euros pour appuyer la transformation et la digitalisation numérique au Congo. L’objectif du projet est de développer le potentiel de la transformation numérique en tant que source d’emplois directs et indirects, catalyseur d’un développement socio-économique plus inclusif, vecteur d’amélioration de l’employabilité de la jeunesse congolaise et d’une meilleure gouvernance.
Le projet d’appui à la professionnalisation de la police congolaise consiste en la mise en place de commissariats pilotes, avec une enveloppe financière de 5 millions d’euros; elle a une triple vocation: garantir le respect des droits humains, lutter contre toute forme de torture et de traitement dégradant ou inhumain, améliorer les conditions de détention dans les commissariats. L’Union européenne complète son dispositif avec une convention de financement transversale dotée d’un budget de 5 millions d’euros, afin de mieux prendre en compte les questions de la jeunesse, la protection de l’environnement, les personnes vivant avec handicap, d’appuyer la collaboration avec le ministère point focal de notre partenariat. Il s’agit d’apports financiers précieux qui contribueront à la mise en œuvre de priorités nationales reconnues à travers le plan national de développement (PND) 2022-2026».
Ces conventions renforcent le rôle de l’Union européenne dans le monde, en réaffirmant sa place de partenaire privilégiée du Congo.

Pascal BIOZI KIMINOU

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.