Sélectionner une page

COVID-19 : L’état d’urgence sanitaire prorogé

COVID-19 : L’état d’urgence  sanitaire prorogé

L’évolution de la pandémie au Congo et la détection des nouveaux variants inquiètent. Face à la propagation de la pandémie, notamment dans les deux principales grandes villes du pays, la Coordination nationale de gestion de la pandémie de COVID-19 s’est réunie pour la 27e fois le 22 septembre 2021 par visioconférence, sous l’autorité du Président de la République, afin d’analyser la situation sanitaire du pays.

Le recours au mécanisme constitutionnel relatif à la prorogation de l’état d’urgence sanitaire a été mis en œuvre à vingt-sept reprises. Malgré cela, la pandémie est toujours là et continue de sévir.
Le Gouvernement a sollicité auprès du Parlement, l’autorisation de proroger l’état d’urgence sanitaire pour une nouvelle période de 20 jours, à compter du 23 septembre. Et également le maintien du couvre-feu à Brazzaville et à Pointe-Noire, etc.
Les deux chambres du Parlement ont prorogé l’état d’urgence sanitaire, expression d’un appel à la vigilance et à la discipline.
Le Congo qui en est à sa vingt septième prorogation, accompagnée d’un bataillon de mesures pour contrer la maladie, est loin de voir une reprise normale de ses transports, services et échanges commerciaux. Le virus circule toujours librement.
Le relâchement des mesures barrières est l’une des causes de l’augmentation des cas et de la baisse de la vigilance au niveau des frontières, notamment aériennes et fluviales, qui ont favorisé l’importation des variants britannique et indien (Delta).
L’effort à faire vise une approche coordonnée pour intensifier l’acquisition des vaccins, surtout la régularité des approvisionnements et l’accélération de la vaccination qui, pourtant, reste la stratégie de prévention la plus durable pour se protéger et protéger les autres et lutter contre la propagation. Pour atteindre l’immunité collective, il faudrait vacciner 3 468 906 personnes soit 60% de la population. Or, le pourcentage des personnes totalement vaccinées à ce jour est de 1,79% seulement. Ce qui est très loin du compte.
Le nombre total de doses de vaccin administrées est de 201.575 au 19 juillet 2021. Dans le détail, 162 972 personnes ont été complètement vaccinées correspondant à 319231 doses de vaccins administrées sur 1.092.200 doses disponibles.
Le Gouvernement entend accroître la capacité journalière de dépistage des cas COVID-19 de 1000 à 3000 tests pour un nombre effectif de dépistages à moins de 1000 par jour actuellement. Tout comme le renforcement de la surveillance épidémiologique en tout point y compris de la prise en charge des cas de COVID-19 en consolidant le plateau technique, notamment au CHU et à la clinique Albert Léyono.
Pour atteindre la vaccination du plus grand nombre, le Gouvernement entend mettre à contribution tous les responsables administratifs et politiques, les acteurs du secteur productif et de la société civile ainsi que toutes les couches sociales. Pour cela, il était fait obligation aux personnels de la santé et de enseignements pour se vacciner dans les meilleurs délais. Les ministres devront mettre en œuvre toutes les actions devant amener les fonctionnaires et agents placés sous leur autorité à se faire vacciner, l’administration d’Etat et les structures sous tutelle devant donner l’exemple à l’ensemble de la population, a signifié la Coordination nationale dans son communiqué. Certains ministres l’ont fait. D’autres, par contre, n’ont pas encore mis cette directive du Premier ministre à exécution.
A ce jour, plusieurs obstacles entravent la mise en œuvre des mesures prises pour résorber cette crise. Il s’agit du déni de la maladie par une bonne partie de la population ; de la faible adhésion de la population au dépistage et à la vaccination; du déficit du personnel qualifié dans le domaine de la réanimation des malades de COVID-19; du faible décaissement des fonds dédiés à la riposte et du faible niveau de mobilisation des financements des partenaires.
S’agissant de la situation épidémiologique, on note une augmentation de cas. Ils sont passés de 13.293 au 5 août 2021 à 13.588 au 26 août 2021, puis à 14.014 au 17 septembre 2021.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.