Sélectionner une page

Diocèse d’Impfondo : A Brazzaville, une messe a rassemblé la diaspora de la Likouala autour de Mgr Daniel Franck Nzika

Diocèse d’Impfondo : A Brazzaville, une messe a rassemblé la diaspora de la Likouala  autour  de Mgr Daniel Franck Nzika

Face aux nombreuses difficultés que connaissent les populations du département de la Likouala, en général et du diocèse d’Impfondo, en particulier, une messe a rassemblé les ressortissants de la Likouala à Brazzaville autour de Mgr Daniel Franck Nzika, évêque du lieu et la Province ecclésiastique du Nord (PENORD), samedi 22 octobre 2022, en l’église Notre-Dame des Victoires de Ouenzé. Cette messe a été concélébrée par Mgr Gelase Armel Kema, évêque de Ouesso, en présence de quatre prêtres. L’animation liturgique de la messe était assurée par une chorale formée pour la circonstance et composée des choristes d’Impfondo vivant à Brazzaville.

Parmi les participants, il y avait M. Gabriel Valère Eteka Yemet, président de la Commission nationale des droits de l’homme et Mme Virginie Euphrasie Dolama, députée de la deuxième circonscription d’Impfondo.
Dans son homélie tirée de l’évangile du jour dans Luc 13, 1-9, Mgr Daniel Franck Nzika a rendu grâce au Seigneur pour cette rencontre. «Nous sommes venus ce jour samedi 22 octobre en cette église Notre-Dame des Victoires pour célébrer, chanter magnifier le nom de Jésus. Pourquoi donc cette messe des ressortissants de la Likouala à Brazzaville? Eh bien, il s’agit de rencontrer le peuple de Dieu de notre Eglise locale d’Impfondo qui est à Brazzaville pour leur parler de la Parole de Dieu, l’interpeller sur les différents problèmes qui minent le département de la Likouala.

Mgr Daniel Franck Nzika

Dans la tradition de l’Eglise, la Vierge Marie est honorée le jour du samedi et qu’aujourd’hui, nous sommes un samedi, quelle grâce pour notre diocèse? Dans les différentes rencontres organisées par les jeunes et adultes à Impfondo, plusieurs problèmes ont été décelés et l’évêque que je suis, ne pouvais qu’accepter une telle initiative», a dit l’évêque d’Impfondo. Toujours dans son homélie, Mgr Daniel Franck Nzika a souligné que la Likouala a tout donné pour ceux qui ont étudié dans ce département. «En retour, nous devons lui donner tout ce qu’il faut. Tu as été baptisé, confirmé, marié, ordonné diacre, prêtre et même évêque; quels sont les fruits de ton travail? Nous avons besoin des hommes capables de produire des fruits de vie pour que notre département de la Likouala rayonne davantage», a dit-il conclu.
Vers la fin de la messe, un comité de relation entre le diocèse d’Impfondo et Brazzaville a été proposé. Celui-ci est composé de Gabriel Valère Eteka Yemet et de Virginie Euphrasie Dolama. A cet effet, l’abbé Mifrad Josaphat Itaddy Mafimba a expliqué la mission dévolue à ce comité de faire le travail de relais entre les populations de la Likouala vivant à Brazzaville et celles vivant dans le département proprement dit, pour une meilleure collaboration. Ensuite, le curé de Betou a énuméré les difficultés du diocèse, notamment le soutien des populations aux 14 grands séminaristes et prêtres du diocèse d’Impfondo pour leur survie; l’acquisition d’un terrain pour recevoir les prêtres d’Impfondo en séjour à Brazzaville. Pour soutenir certaines charges dues à l’organisation de cette messe, une quête a été improvisée par district et le montant récolté a été de 144. 150F.Cfa. Au sujet du délabrement de la route qui dessert la localité d’Impfondo dont les sociétés de transport ont interrompu la desserte, l’abbé Mifrad Josaphat Itaddy Mafimba a sollicité la générosité du Gouvernement et des parlementaires pour diligenter les travaux de sa réhabilitation afin que les populations renouent avec les voyages et le trafic des produits vivriers.

Pascal BIOZI KIMINOU

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.