Sélectionner une page

ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE : Les ouvriers apostoliques ont ouvert l’Année pastorale par une session

ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE : Les ouvriers apostoliques ont ouvert  l’Année pastorale par une session

L’Année pastorale 2022-2023 dans l’archidiocèse de Pointe-Noire s’est ouverte par une session tenue du 19 au 21 octobre dernier en la paroisse Christ Roi de Loandjili dans le 4e arrondissement, sous l’égide de Mgr Miguel Angel Olaverri, archevêque métropolitain de Pointe-Noire. Avec la paricipation des ouvriers apostoliques, des membres des comités diocésains des laïcs.
C’est sur le thème «Pour une Eglise synodale ; communion, participation et mission» que s’est appuyée cette session au cours de laquelle, comme de coutume, chaque commission diocésaine a présenté son rapport de l’année écoulée.
Les enjeux de cette session ont été de présenter: les activités réalisées au cours de l’année dernière et aussi les difficultés rencontrées.
À la messe d’ouverture, Mgr Miguel Angel Olaverri a rappelé aux participants que la session est une manière pratique d’orienter, de se conduire et également d’entamer une année nouvelle avec beaucoup de sérénité.
L’abbé Gustave Makaya a présenté la lettre apostolique «Desiro Desideravi» du Pape François sur la formation liturgique du peuple de Dieu. Il a fait comprendre que la liturgie est le lieu où se présente la synodalité et aussi le lieu de la recherche de l’union.

Une vue des participants à la session

Un moment de réflexion a été pris pour parler de la place importante qu’occupe la liturgie. Chaque groupe a pu exprimer la valeur que celle-ci occupe et surtout donner quelques suggestions pour l’amélioration de sa commission. Un appel a été lancé pour la formation approfondie à la liturgie, par exemple, au niveau des chorales pour que les chants se concordent, et aussi pour les enfants de cœurs et les enfants Elisa afin que la beauté de la liturgie soit respectée de tous.
Clôturant sa présentation, l’abbé Gustave Makaya a fait appel à chacun pour éviter les éléments qui peuvent gâcher la beauté de la liturgie.
Mgr Miguel Angel Olaverri a invité l’ensemble des participants à faire la révision de la façon de célébrer, de vivre ce mystère. Il a ensuite présenté le message du Pape François pour la Journée mondiale des missions. Avant de souligner que les ouvriers apostoliques ont intérêt à axer de plus en plus leurs interventions d’évangélisation et les catéchèses à partir de leur baptême.
Le deuxième jour de la session a été ouvert par Mgr Miguel sur la présentation du message du Pape François pour la 57e Journée mondiale de la jeunesse. Il a donné les enjeux et le calendrier des catéchèses préparatoires pour cette Journée mondiale (JMJ Lisbonne). Il a invité l’ensemble des participants à s’investir pour les jeunes. L’abbé Raphaël a présenté le rapport annuel du séminaire Notre-Dame de Loango, qui a accueilli, pour l’année 2021-2022, 66 jeunes, dont trois ont été mis à la disposition des parents dès le premier trimestre.
Pour les examens d’Etat, le BEPC et le Baccalauréat, le séminaire a fait 100% d’admis. Parmi les dix bacheliers, huit ont demandé l’entrée au séminaire et deux pour les congrégations religieuses. Cela a permis au séminaire Notre Dame de Loango d’œuvrer pour la maturation des vocations au sacerdoce ministériel pour l’Eglise.
L’abbé Raphael Nzaou a souligné qu’au cours de cette période, les projets éducatifs ont été réalisés: les enseignements des homélies et récollections sur le thème de la synodalité. Il a aussi relevé l’achat d’un véhicule, grâce aux hommes et femmes de bonne volonté ponténégrins.
Parlant des réalisations, l’abbé a énuméré la réfection des plafonds des deux dortoirs, l’installation des latrines modernes, et l’application de peinture sur les lits.
Réfectionner le bâtiment du presbytère, peindre le bâtiment de l’église et refaire les installations électriques des vestiaires et du réfectoire des séminaristes ont été cités parmi les perspectives.
Présentant le rapport d’activités du mouvement des foyers chrétiens, le père Guy Roger Makosso a relevé l’engagement des équipes paroissiales et proposé des suggestions pour valoriser l’accompagnement spirituel de ses équipes. «Les actions des couples en mission doivent tendre à rendre possibles les perspectives suivantes: échanger au sujet de la spiritualité conjugale et parler de leur relation à Dieu, créer une ambiance propice à la croissance», a-t-il affirmé.
Après quoi, les responsables de la Commission des laïcs, de Caritas diocésaine, de la Commission Justice et Paix et la Maison d’arrêt ont présenté leurs rapports d’activités, les difficultés et leurs perspectives d’avenir.
La journée s’est clôturée par la présentation du message de la 51e Assemblée plénière de la Conférence épiscopale du Congo (C.E.C) à l’ensemble des participants.
Le dernier jour de la session, les responsables de la Commission des écoles catholiques, la Commission patrimoine et la Commission de Radio Maria ont également présenté leurs rapports d’activités.
L’abbé Louis Pambou a fait l’état des lieux de l’économat et de quelques difficultés rencontrées surtout au niveau des quêtes de contribution des paroisses. Il a également parlé des partenariats, par exemple, avec la société pétrolière Chevron Congo sur le financement de certaines activités à caractère social.
Après les orientations sur la priorité pastorale pour la campagne d’année, Mgr Miguel Angel a clôturé la session. «Dans cette session que nous venons de vivre, on a mis beaucoup d’effort pour que les formations, la volonté d’entamer une année qui a été déjà commencée de la meilleure façon possible soient une réalité», a-t-il dit.

Madocie Déogratias MONGO

Rejoignez les 417 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Le pays change, nous aussi

Même quand l’Histoire avance, il nous arrive de ne pas toujours en distinguer les séquences. Nous sommes entrés dans ce mois des douleurs où il nous arrive souvent de pleurer séparément, parfois en union, deux morts illustres de notre Panthéon national. Il y a 46 ans en effet, le Président Marien Ngouabi et le Cardinal Emile Biayenda étaient assassinés à quatre jours d’intervalle l’un de l’autre.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez les 417 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

mars 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031