Sélectionner une page

DREPANOCYTOSE : En savoir plus pour mieux combattre la maladie

DREPANOCYTOSE : En savoir plus pour mieux  combattre la  maladie

Beaucoup de Congolais ignorent la maladie de la drépanocytose. Lorsqu’il y a un décès au sein de la famille causé par cette maladie, le regard est généralement tourné vers les sorciers. Les familles s’entredéchirent. Admis à l’hôpital général de Loandjili au service pédiatrique pour cause de la drépanocytose, des enfants sont pris en charge. Nous nous sommes rapprochés du Dr Jean Bertin Tsiba, chef du service de Pédiatrie générale et néonatologie pour en savoir plus. Entretien

*Docteur, Parmi les enfants que vous recevez dans votre service, certains souffrent de drépanocytose. Qu’est ce que c’est que la drépanocytose?

**Avant tout propos, je tiens à vous remercier pour cette attention particulière que vous avez manifestée de venir vers nous. En termes simples, la drépanocytose ou anémie falciforme est une maladie du sang, héréditaire, non contagieuse. Elle est dûe à une anomalie de l’hémoglobine, protéine contenue dans le globule rouge qui est chargée de transporter l’oxygène. Dans la drépanocytose, l’hémoglobine normale, appelée hémoglobine A, est remplacée par une hémoglobine anormale appelée hémoglobine S. Lorsque le sang d’une personne n’a que l’hémoglobine A, la personne est saine ou normale AA. Lorsque le globule rouge contient l’hémoglobine A, et l’hémoglobine S, la personne est saine mais hétérozygote AS (porteur de la tare). Elle transmet la maladie sans être elle-même malade. Lorsque le globule rouge ne contient que l’hémoglobine S, la personne drépanocytaire est homozygote SS, donc malade.

*N’étant pas contagieuse, comment se transmet-elle?
**Retenez que la drépanocytose est une maladie héréditaire. Ce sont les patients qui la transmettent aux enfants, lorsque l’union porte sur des individus AS. Voici schématiquement comment cela se transmet. AA avec AA égal enfant normal. AA avec AS ou AA avec SS: probabilité d’avoir un enfant AS, donc hétérozygote. Par contre AS avec AS: il y a 25% de risques de mettre au monde un enfant SS; 50 % de risques d’avoir un enfant AS et 25 % de AA.

*A quel moment se rendre compte qu’on est drépanocytaire et quels sont les signes de la drépanocytose?
**C’est simple, il suffit de faire l’examen du sang qui est l’électrophorèse de l’hémoglobine. Les signes varient en fonction de l’âge du drépanocytaire. Chez l’enfant, la pathologie est aiguë et chez l’adulte, il y a beaucoup plus de signes chroniques. L’enfant drépanocytaire présente en période intercritique un ictère (jaunisse), la pâleur; des douleurs osseuses, articulaires et abdominales; l’infection, etc.

*Quelles sont donc les précautions à prendre pour éviter de mettre au monde des drépanocytaires?
**Il faut, en premier lieu éviter les mariages consanguins. Eviter également les mariages à risques: AS avec AS, AS avec SS. Le mariage entre deux SS est contre-indiqué. Pour ce faire, le bilan prénuptial est indispensable. Au Congo, nous observons un phénomène qui contribue à ne pas faire baisser le portage du S, beaucoup de mariages sont faits après avoir eu des enfants.

*Quelle est la situation de la drépanocytose au Congo?
**Au Congo, sur une population d’environ 4 millions d’habitants, 25% sont porteurs du trait drépanocytaire et 2 % sont atteints de la maladie drépanocytaire majeure.

Propos recueillis par
Equateur Denis NGUIMBI

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.