Sélectionner une page

ELECTION A LA FECOFOOT : D’anciens footballeurs annoncent la couleur

ELECTION A LA FECOFOOT : D’anciens footballeurs annoncent la couleur

D’anciens footballeurs sont sortis de leur réserve et se sont prononcés jeudi 21 juillet 202 à Brazzaville sur le processus électoral à la FECOFOOT. Visiblement, pour eux, le combat pour la conquête du tabouret présidentiel est lancé.
Le moins que l’on puisse dire est que ces anciens footballeurs n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère pour critiquer vertement, et le président de la Commission électorale de la FECOFOOT, et le Comité exécutif de Jean-Guy Blaise Mayolas usant parfois de propos inamicaux pour répondre du tic au tac, semble-t-il, au président Potard Mohoussa qui les a brocardés, selon eux, lors du lancement du processus électoral. Il faut avoir lu ou écouté leur déclaration relayée par certains médias chauds, pour comprendre leur colère et leur incompréhension.
Au-delà de cet échange musclé par médias interposés, nombre de ces anciennes gloires ont livré leur position sur la future assemblée générale extraordinaire élective de la FECOFOOT, le 2 septembre prochain. Ils dénoncent, entre autres, le règlement régissant la prochaine élection qui, selon eux, les écartent de la course à la présidence de l’instance dirigeante du football congolais, alors qu’ils seraient membres à part entière de la famille du football congolais. Ils proposent que les textes donnent la chance aux anciens footballeurs de «s’impliquer dans le développment du football congolais» et ne comprennent pas pourquoi ils sont «mis à l’écart dans la gestion du football».
Cependant, on apprend que certains anciens et camarades de ce collectif d’anciennes gloires ne s’inscrivent pas dans cette dynamique. Ils auraient tenté d’apporter des amendements à la déclaration sulfureuse lue par celui qui serait le leader de leur collectif, l’ancien professionnel de Marseille, Le Puy, Lyon, Niort, Jean-Jacques Ndomba ‘’Géomètre’’. En vain !

Jean ZENGABIO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.