Sélectionner une page

Enseignement général : Un accord pour renforcer la formation des enseignants en langue allemande

Enseignement général : Un accord pour renforcer  la formation des enseignants  en langue allemande

Dans le but d’offrir aux élèves une formation complète, Jean-Luc Mouthou, ministre de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation et Wolfgang Klapper, ambassadeur d’Allemagne au Congo, ont paraphé le 22 septembre dernier à Brazzaville, un accord pour la formation des Congolais en langue allemande au Goethe-Institut, au Cameroun.
Pour le diplomate allemand, ces échanges contribuent à redynamiser les relations bilatérales entre les deux pays, précisément dans les secteurs de l’éducation et de la culture.
Louant ce partenariat, le ministre Jean-Luc Mouthou a précisé qu’il est important pour les jeunes congolais de saisir les opportunités de formation qui s’offrent à eux. Cet accord offre de nouvelles possibilités d’apprentissage. Le travail à réaliser dans le cadre de ce partenariat s’étendra sur quatre ans. A noter qu’il est prévu l’octroi des bourses dans le cadre de cet accord.
Le Cameroun abrite Goethe-Institut pour la sous-région d’Afrique centrale. C’est une structure rattachée au ministère Allemand des Affaires étrangères. Promouvoir la coopération avec les pays africains, entre autres, dans les secteurs culturel et éducatif est l’un de ses objectifs. Outre le volet formation, Goethe-Institut assure la traduction des manuels scolaires, des films, des documentaires et autres supports en langue allemande.

E.M-O

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.