Sélectionner une page

CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL…Les agents réclament le paiement de leurs émoluments

CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL…Les agents réclament  le paiement de leurs  émoluments

Le personnel du Conseil économique, social et environnemental a entamé le 23 septembre dernier un seat-in et un concert de casseroles devant son siège, à Brazzaville, aux fins d’attirer l’attention de la tutelle sur les arriérés de quatre mois d’émolument impayés.
Le disponible dans la caisse du Conseil est de 315.000.000 F. CFA. Il permet de faire face au paiement de quatre mois des salaires que revendique le personnel. «De 2017 à nos jours, on est à plus de vingt mois. Mais là, la question concerne le paiement des émoluments de l’année 2021. Il s’avère que le 11 août dernier, le Trésor public avait débloqué 139.633.000 F.CFA et le 17 aout, 139.633.000 F.CFA. Dans le premier décaissement, le Conseil avait 57 millions et la somme totale était de 336.266.000 F.CFA. Cette somme correspondait au paiement de quatre mois d’émoluments», a expliqué Euloge Cyr Awa Ahowe, secrétaire général du collectif des travailleurs du Conseil économique, social et environnemental. Malheureusement, malgré la disponibilité des ressources financières, la tutelle n’a pas pu payer ses agents, a-t-il poursuivi. C’est donc pour cette raison que ‘’nous, travailleurs du conseil, avons décidé de manifester pour réclamer ce qui nous revient’’.
Le collectif des agents du Conseil avait tenu son assemblée générale le 21 septembre 2021. Un seul point était à l’ordre du jour: l’examen du non-paiement des émoluments. N’ayant pas obtenu gain de cause, il a décidé d’organiser un concert de casseroles d’une durée illimitée jusqu’ à la résolution de ce problème.

Issa BILAL-ECKY
(Stagiaire)

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.