Sélectionner une page

ENTREPRISE : L’Etat appelé à sauver la SOPECO

ENTREPRISE : L’Etat appelé à sauver la SOPECO

Le comité de direction de la Société des postes et de l’épargne du Congo (SOPECO) s’est réuni en session ordinaire, mardi 17 mai dernier, à Brazzaville. C’était en présence du président de ce comité, Jean Joseph Paka, de la direction générale de la SOPECO, de Ludovique Mbossa Mabwere et des administrateurs. Objectif: dresser l’état des lieux de l’entreprise, évaluer le travail déjà amorcé et chercher des voies et moyens de sortie de crise. Les administrateurs ont appelé à la responsabilité de l’Etat.
Cette session était très attendue par les travailleurs qui traversent des moments difficiles.
Il a été relevé le tableau peu reluisant de l’opérateur historique public en matière de postes ces dernières années; il a été davantage potentialisé par l’absence notoire de la capacité d’intervention des pouvoir publics, propre à soutenir les secteurs de l’économie nationale en difficulté. «Et la pandémie de COVID-19 n’a pas manqué, entre-temps, d’y apporter sa touche funeste!», a-t-il rappelé.
La situation sociale de la SOPECO devient préoccupante. Les 241 agents que compte l’entreprise, à ce jour, cumulent 28 mois de salaire impayés, des paiements d’indemnités de fin de carrière aléatoires; une prise en charge des pensions de retraite inexistante.
Les membres du comité de direction ont recommandé la dotation d’une existence juridique à la SOPECO; l’engagement de l’Etat propriétaire de la société à prendre ses responsabilités dans la résolution de la situation de crise actuelle; la prise en charge de la dette de la SOPECO par l’Etat; l’inventaire des niches possibles de ressources. «Le Comité de direction a demandé un assainissement du climat social de la SOPECO, une amélioration de la situation administrative et financière des retraités…», précise le communiqué final .
Pour une voie de sortie de crise, le président du comité de direction, Jean Joseph Paka, en appelle à la responsabilité de tous et à la sauvegarde, coûte, que coûte de l’outil de travail.
Les partenaires sociaux de la SOPECO sont également interpellés.

Pascal Azad DOKO

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Le Pape est chez nous !

Après un report en juillet, le voyage du Pape en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud se matérialise enfin. Depuis mardi le Souverain pontife est à Kinshasa, en attendant d’arriver en fin de semaine à Djouba, capitale du Sud Soudan. Ce voyage se veut un pèlerinage de paix, une invite à la réconciliation, un rappel à cette humanité que le contact avec l’évangile du Salut devrait avoir rendu plus sensible à la sacralité de la vie humaine.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728