Sélectionner une page

FORMATION : Les journalistes sportifs congolais à l’école

FORMATION : Les journalistes sportifs congolais à l’école

A l’initiative de la FECOFOOT (Fédération congolaise de football), les journalistes sportifs bénéficient du 25 au 30 juillet 2022 à Brazzaville d’une semaine de formation devant les aider à améliorer leurs compétences dans la couverture, la production et le traitement des événements sportifs.
La session est animée par Charles Mbuya, journaliste reporter à Canal +. Il aborde huit thèmes : «Ecrire pour parler», «S’exprimer en image», «Introduction aux techniques de tournage», «Les Genres, formats et contraintes de durée», «La fabrication d’un sujet», «Bien mener une interview», «Préparation et couverture d’un grand événement» comme la CAN», « Le commentaire Télé».
La FECOFOOT a fait appel également à deux confrères locaux rompus au métier, Louis Ngami et Georges Eboué, qui transmettront leur expérience aux jeunes. Pour son président, Jean-Guy Blaise Mayolas, c’est l’occasion d’affirmer la volonté de l’instance dirigeante du football national de «mettre en place une nouvelle conception de ses relations avec la presse sportive». Celle-ci, a-t-il dit «doit nous permettre d’innover, de modifier nos comportements en faisant fi de nos préjugés pour privilégier ce qui nous unit, le football». Il a invité l’ensemble des participants «à profiter au maximum pour accroître» leurs connaissances. Non sans leur rappeler l’exigence d’impartialité et de probité morale dans le traitement de l’information et les exhorter à l’assiduité durant les cinq jours de cours.
Le directeur de cabinet du ministre en charge des sports, Charles Makaya dit Mackail, a félicité l’initiative de la FECOFOOT et exprimé la joie de la voir s’engager dans la même dynamique que le gouvernement qui attache du prix à la formation.

G.-S.M.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.