Sélectionner une page

GUERRE EN UKRAINE : Les combats persistent

GUERRE EN UKRAINE : Les combats persistent

Après son invasion, dimanche 6 mars 2022, à travers d’intenses bombardements russes, la capitale Kiev reste sous contrôle ukrainien, tout comme Kharkiv (Nord-est). Dans le centre de l’Ukraine, les forces russes ont détruit un aéroport, et poursuivent leur siège de Marioupol, le grand port du Sud-est. Des observateurs occidentaux relèvent la présence d’une colonne de centaines de véhicules russes au Nord de la capitale ukrainienne, près de l’aéroport de Gostomel.

L’aéroport de la ville de Vinnytsia à quelque 200 kilomètres au Sud-ouest de Kiev a été fortement détruit par des frappes russes, a annoncé le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le 6 mars, il a reproché aux pays occidentaux leur refus d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine et leur réticence à livrer des avions de combat à Kiev. Les forces russes ont assiégé la ville portuaire de Marioupol, qui résiste toujours. Une deuxième tentative d’évacuation de quelque 200 000 civils a été interrompue à en croire le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Les deux camps se rejettent mutuellement la responsabilité de ces échecs.
La prise de cette cité d’importance stratégique permettrait à la Russie d’effectuer la jonction entre ses forces en provenance de la Crimée annexée, qui ont déjà conquis les villes clés de Berdiansk et de Kherson et menacent désormais Mykolaïv, plus à l’Ouest, et les troupes séparatistes et russes dans le Donbass. Cependant, Odessa, où se trouve le principal port d’Ukraine, n’a jusqu’ici pas été touchée. Cette ville de la Mer noire est encore aux mains des Ukrainiens. Mais le président ukrainien accuse la Russie de se préparer à la bombarder.
D’après la France, Vladimir Poutine reste déterminé à atteindre ses objectifs par la négociation ou par la guerre. Cependant, il ne désarme pas. Dimanche 6 mars, le président russe s’est entretenu avec son homologue français. Emmanuel Macron a réaffirmé sa détermination à obtenir un cessez-le-feu et la création de couloirs humanitaires. Des nouvelles sanctions contre la Russie sont également envisagées. S’agissant de la question de la menace nucléaire, Vladimir Poutine a démenti toute intention d’attaquer des centrales nucléaires ukrainiennes. Le président russe s’est également dit prêt à respecter les normes de l’Agence internationale de l’énergie atomique, d’après la présidence française. C’est sous l’initiative d’Emmanuel Macron que cette conversation téléphonique a eu lieu. Le mardi 8 mars, le président français devait également rencontrer Antony Blinken, secrétaire d’Etat américain, pendant que les dirigeants du monde entier se mobilisent pour tenter d’arrêter l’invasion russe de l’Ukraine.
Selon l’ONU, plus de 400 civils ont été tués en Ukraine depuis le début de l’invasion du pays. Le Haut-commissariat des droits de l’homme (HCDH) des Nations unies a indiqué la mort de 406 civils, dont 27 enfants, en Ukraine depuis le début de l’invasion du pays par l’armée russe, en précisant que le bilan réel était probablement bien lourd. Le Canada a annoncé de nouvelles sanctions contre dix complices de l’invasion russe en Ukraine. D’après un membre de la délégation ukrainienne, David Arakhamia, un 3è round de pourparlers entre l’Ukraine et la Russie était prévu le 7 mars.
En Russie, plus de 4600 personnes manifestant contre cette intervention militaire ont été arrêtées dimanche 6 mars 2022, dans 65 villes de Russie, d’après l’ONG OVD-INFOS. L’ONU annonce qu’1,5 million de personnes ont fui l’Ukraine en l’espace de dix jours. Le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi affirme qu’il s’agit «de la crise de réfugiés qui connaît la croissance la plus rapide en Europe depuis la Seconde guerre mondiale».

A.P. MASSAMBA

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Le Pape est chez nous !

Après un report en juillet, le voyage du Pape en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud se matérialise enfin. Depuis mardi le Souverain pontife est à Kinshasa, en attendant d’arriver en fin de semaine à Djouba, capitale du Sud Soudan. Ce voyage se veut un pèlerinage de paix, une invite à la réconciliation, un rappel à cette humanité que le contact avec l’évangile du Salut devrait avoir rendu plus sensible à la sacralité de la vie humaine.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728