Sélectionner une page

IMPFONDO, DEPARTEMENT DE LA LIKOUALA : Don de médicaments à l’hôpital de base

IMPFONDO, DEPARTEMENT DE LA LIKOUALA : Don de médicaments à l’hôpital de base

Suite aux inondations causées par les pluies diluviennes qui s’abattent sur le département de la Likouala, le Gouvernement, à travers le ministère des Affaires sociales, de la solidarité et de l’action humanitaire, dans le cadre de la prévention contre les éventuelles maladies qui peuvent survenir, a fait don d’une tonne et demi de médicaments à la direction départementale des soins et santé de la Likouala. La cérémonie a eu lieu, le 4 janvier dernier, à l’hôpital de base d’Impfondo, en présence de la ministre Irène Marie Cécile Mboukou-Kimbatsa Goma et de Gilbert Mokoki, ministre de la Santé et de la population.

La remise symbolique du don a été faite par la ministre des Affaires sociales, de la solidarité et de l’action humanitaire, à son homologue de la Santé. Pour Gilbert Mokoki, le choix des médicaments a été fait sur la base de l’expression des besoins de la population, par rapport à la carte sanitaire et aux risques d’épidémies. «Déjà, j’apprends que les maladies diarrhéiques commencent. C’est évident parce qu’après les inondations, il se développe le choléra. Nous n’en sommes peut-être pas encore là. Néanmoins, nous avons prévu dans le lot de ces médicaments, les produits pour y faire face, tout comme les vaccins pour anticiper la riposte», a-t-il indiqué.
Le ministre de la Santé a insisté sur la bonne gestion de ces médicaments. «Il s’agit ici, d’une riposte à une catastrophe. Ce n’est pas un problème de santé ordinaire», a déclaré Gilbert Mokoki, tout en précisant que ces produits sont destinés aux plus démunis afin qu’ils aient accès aux traitements.
Il a mis en garde les gestionnaires de ces médicaments sur le vol. «Si j’apprends par malheur que ces produits sont vendus dans vos maisons ou dans les coins des formations sanitaires, ceux-là prendront le risque d’être sanctionnés. C’est ce que nous demande le Président de la République. Il a toujours répété que si nous ne sanctionnons pas, il n’y aura pas de discipline. Vaut mieux ne pas risquer sa carrière. Nous avons pris des textes au Gouvernement pour qu’il y ait des procédures d’urgence parce que les conseils de discipline traînaient à être convoqués. Il y a des mesures conservatoires que l’autorité peut prendre pour être régularisées après. Une punition qui arrive en retard n’a plus d’effet», a prévenu le ministre.
Au-delà du don du Gouvernement, Gilbert Mokoki a, personnellement, offert un producteur d’oxygène à l’hôpital pour secourir tous ceux des patients qui avaient des problèmes d’insuffisance respiratoire.
Il a remercié l’action de la ministre Irène Marie Cécile Mboukou-Kimbatsa Goma. «C’est une femme rigoureuse. Voyez comment elle est habillée, comme un soldat. Elle est debout pour l’assistance humanitaire en apportant le peu que le Président de la République peut trouver pour aider les populations en détresse», a-t-il souligné.
Au nom des populations de la Likouala, le préfet Jean-Jacques Mouanda a témoigné la gratitude de ces populations pour toutes les actions salvatrices que le Chef de l’Etat ne cesse de leur apporter.

C. A. Y-NG

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.