Sélectionner une page

INDUSTRIES ExTRACTIVES : Le secteur des hydrocarbures reste le premier contributeur

INDUSTRIES ExTRACTIVES : Le secteur des hydrocarbures reste le premier contributeur

Le Comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives, avec l’appui du Projet des réformes intégrées du secteur public (PRISP), a organisé un atelier de dissémination du rapport ITIE exercices 2019-2020 le mercredi 28 juin 2022 à Brazzaville. C’est Florent Michel Okoko, secrétaire permanent du Comité national de l’ITIE qui a animé cet atelier.

Devant la presse nationale et internationale, Florent Michel Okoko a rappelé le contexte dans lequel l’ITIE a été créé au Congo. Il a par la suite invité les médias à s’approprier et à communiquer davantage sur les rapports ITIE exercices 2019 et 2020. Il a reconnu que la presse a un grand rôle à jouer dans la dissémination et la mobilisation de l’opinion publique face aux données qui sont produites par l’ITIE. 1.309 461 FCFA, c’est la totalité des revenus générés par le secteur extractif en 2019. Sur les trois secteurs que compte l’industrie, le secteur des hydrocarbures reste premier contributeur dans les revenus provenant du secteur extractif avec une contribution de 97,90% du total des revenus du secteur pour l’année 2019 suivie du secteur forestier avec 2,03%. Le secteur minier a enfin généré 0,06%. Les revenus du secteur extractif ont augmenté de 193.958 FCFA, soit une hausse de 17,93% passant de 1. 115 503 FCFA en 2018 à 461 FCFA en 2019.
Devenu 5e producteur de pétrole africain en 2019, la République du Congo a atteint 122 798 919 barils de production du pétrole (7867945294 dollars américains en valeur) contre 120 590 611 barils en 2018, soit une hausse de 1,83%. La production du gaz, quant à elle, est en hausse. Le Congo dispose de plusieurs types d’hydrocarbures: Le djeno mélange, le nkossa, le yombo, le nemba, le propane, le butane, etc.
S’agissant de la production minière, on trouve des minerais tels les polymétaux, la cathode de cuivre, le fer, le diamant, l’or. Selon les données de la direction générale de l’Economie forestière, la production forestière a atteint 3 860 980 m3 en 2019. On y trouve des grumes, des placages,…
Sur la commercialisation de la part de l’État dans la production, en 2019, la quantité s’élévait à 25 054 693 bbl. Selon les déclarations de la Sopciété nationale des pétroles du Congo (SNPC) l’écart entre les quantités disponibles pour la vente et les quantités commercialisées est justifié par les quantités de brut de l’Etat en stock au 31 décembre 2019.
Les revenus générés par le secteur extractif en 2020 s’élèvent à 735.860 millions FCFA. Ces revenus sont repartis comme suite: le secteur des hydrocarbures 716.173 millions FCFA, soit 97,32%, le secteur forestier 18.499 millions soit 2,51%, le secteur minier 1.189 million, soit 0,16%. Le secteur des hydrocarbures reste premier contributeur dans les revenus provenant du secteur extractif. 63,51% des revenus générés par le secteur extractif soit 467.348 millions FCFA ont été versés dans le compte du trésor public, a signifié Florent Michel Okoko.
Les revenus de ce secteur ont diminué de 573.601 millions FCFA, soit une baisse de 43,80% passant de 1.309.461 FCFA en 2019 à 735.860 millions FCFA en 2020. Cette baisse est la consequence de la pandémie de COVID-19 notamment l’impact sur la production, la vente et les prix de vente des matières premières en 2020 notamment le brut de pétrole.

Destinée MAVOUNGOU
(Stagiaire)

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.