Sélectionner une page

LEGISLATIVES ET LOCALES 2022 : Henri Bouka satisfait

LEGISLATIVES ET LOCALES 2022 : Henri Bouka satisfait

Le Président de la Commission Nationale Electorale Indépendante, Henri Bouka, a sillonné quelques bureaux de vote de Brazzaville, Kintélé et Ignié pour se rendre compte du bon déroulement du scrutin. Il en est sort satisfait.
En effet, le Président de la Commission Nationale Indépendante (CNEI) a pris son bâton de pèlerin qu’après avoir assisté au vote du couple présidentiel à la mairie de ouenzé, dans le 5ème arrondissement de Brazzaville.
Livrant ses impressions à la presse Henri Bouka a relevé que les civils ne se comportent pas comme les agents de la Force publique qui viennent en masse «Donc chacun vient à son rythme. À peine 14h, j’ai constaté que les urnes sont déjà quasi pleines de bulletins de vote aussi bien aux législatives qu’aux locales. À pareille heure, j’éprouve un sentiment de satisfaction» a-t-il déclaré. Il a par ailleurs rappelé que les bureaux de vote ont ouvert à 7h30 dans toutes les 151 circonscriptions électorales aux législatives et dans les 123 circonscriptions aux élections locales à travers les douze départements du pays. Il a fait savoir néanmoins que quelques difficultés observées à Kellé et Ewo commune, dans la Cuvette –Ouest, et Mfouati, dans la Bouenza ont été vite réglées avec l’envoi des bulletins de vote qui manquaient dans ces localités.
Henri Bouka a rassuré : «Je peux vous dire qu’il n’y a rien à déplorer. Peut- être quelques petites dérives très personnelles à Brazzaville, mais très rapidement contenues, les électeurs présents ont compris, et chacun a pu voter». A propos de la présence des représentants des candidats dans les bureaux de vote, il a indiqué qu’il s’agit d’une question réglée par la loi. «Lorsqu’un candidat a désigné son représentant, il est automatiquement reçu dans le bureau de vote».
«Vous venez de constater qu’à Kintélé et Ignié, il y a de nombreux représentants dans les bureaux de vote, cette question ne se pose pas, c’est la volonté de notre législateur et elle est respectée», a -t-il- indiqué.

Pascal Azad DOKO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.