Sélectionner une page

LITTERATURE : 25 ans de carrière pour Yvon Wilfride Lewa-Let Mandah!

LITTERATURE : 25 ans de carrière pour Yvon Wilfride Lewa-Let Mandah!

Un anniversaire, ça se fête! Ecrivain-poète né à Brazzaville et basé à Pointe-Noire, Yvon Wilfride Lewa-Let Mandah totalise, cette année, 25 ans de carrière littéraire. L’anniversaire a été célébré le 4 mars dernier, au ministère de la Culture et des arts, à Brazzaville. Sous le thème: ’’Littérature congolaise et arts de la scène’’.

Déclamation de poèmes, lecture de textes, représentation théâtrale, projection d”un film documentaire sur l’écrivain à l’honneur, dédicace d’ouvrages, échange entre l’auteur et le public étaient au menu. Il y a eu également la présentation de l’ouvrage «Tout ou rien» (Théâtre), publié aux Editions LMI (Pointe-Noire) et réédité aux Editions CANA (France), par l’écrivain Ramsès Bongolo.
Dans son allocution de circonstance, Yvon Wilfride Lewa-Let Mandah a précisé que ce n’est pas une prétention, pour lui, de célébrer ses 25 ans de carrière. «Parce ce nous avons pris coutume ou l’humanité a pris coutume, depuis la nuit des temps, à vénérer les morts, à primer les célébrités à titre posthume, à l’instar de nos devanciers dans la littérature: Jean Malonga, Tati Loutard, Letembet Ambily, Léopold Pindy Mamansono, Tchicaya U Tam’si, et bien d’autres qu’on ne célèbre qu’après leur mort. Alors que de leur vivant, on pouvait les ovationner, les primer. C’est donc pour changer de paradigme que je me suis dit: après 25 ans d’exercice dans les lettres et les arts, je voudrais bien être entouré pour partager avec mes confrères et consœurs de la corporation ce que j’ai fait. En fait, c’est un coup d’œil que je veux jeter dans mon rétroviseur. Mais c’est aussi un nouveau souffle que je voudrais prendre à partir de cette célébration», a-t-il affirmé.
«C’est aussi un moment, pour moi, de passer le témoin à la nouvelle génération. Parce qu’après 25 ans de carrière, nous devons aussi préparer la relève, nous devons céder le témoin. En 25 ans de carrière, j’ai formé plusieurs générations dans les lettres et les arts», a-t-il ajouté.
Né le 2 juillet 1974, Wilfride Lewa-Let Mandah réside dans la ville océane où il exerce comme manager logistique du personnel travaillant dans les barges et sites pétroliers on et offshore.
Il est récipiendaire du prix international de poésie Tchicaya U Tam’si et du Prix Tchikounda du meilleur écrivain, en 2001 et 2003.
Poète, essayiste, dramaturge, metteur en scène, comédien, directeur artistique de la Compagnie Autopsie, qu’il a créée en janvier 1995, il est le président du Centre de la République du Congo de l’Institut international de théâtre (IIT).
Sa bibliographie est composée de dix ouvrages, dont la majorité dans le théâtre, son genre de prédilection: «Apocalypse», «Tout ou rien», «Hécatombe et remontada», «Mon patron n’est pourtant pas un Blanc», etc.
Après Pointe-Noire et Brazzaville, l’auteur a promis de continuer la célébration à Dolisie, la troisième ville congolaise, où il a également vécu.

Véran Carrhol YANGA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.