Sélectionner une page

MALI : Les militaires reprennent le pouvoir

MALI : Les militaires reprennent le pouvoir

La mutinerie qui a commencé mardi 18 août 2020 dans le camp militaire de Kati, près de la capitale Bamako aux premières de la matinée, s’est soldée par l’arrestation du Président Ibrahim Boubacar Keïta «IBK» et de son chef du Gouvernement Boubou Cissé. Le Président malien a été forcé de démissionner et a dissous l’Assemblée nationale peu après son arrestation par les militaires.

Le renversement du Président Ibrahim Boubacar Keïta par l’armée intervient dans le contexte d’un statuquo persistant autour des négociations enclenchées entre le pouvoir et les responsables du principal mouvement d’opposition du M5 qui voulait, entre autres, sa démission et celle de son Gouvernement accusés de laxisme face à l’insécurité dans le pays et à la corruption qui gangrène la haute administration malienne. Les faits sont similaires à ceux qui ont renversé l’ancien Président, le général Amani Toumani Touré «ATT», en 2012. Avec ce putsch, le Mali en est désormais à son quatrième coup de force depuis son accession à l’indépendance.
Le nouvel homme fort du Mali est un officier supérieur de l’armée, le colonel Assimi Goita. Il s’est présenté mercredi comme chef des militaires qui tiennent actuellement les rênes du pouvoir, au lendemain de la démission du Président IBK. «Je suis le colonel Assimi Goita, le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP)». Il a expliqué ce coup de force par le fait que son pays se trouve dans une situation de crise socio-politique et sécuritaire sans précédent et que les Maliens n’avaient «plus droit à l’erreur». De son côté, la coalition de l’opposition du M5-RFP prend acte de l’engagement du Comité national pour le salut du peuple; il demande l’ouverture d’une transition politique civile et la libération du Président IBK ainsi que celle de ses collaborateurs.
Au niveau international, les réactions sont unanimes. L’ONU, l’UA, la CEDEAO notamment, condamnent ce énième coup d’Etat et exigent la libération du Président malien et de son Premier ministre, et le retour à «l’ordre constitutionnel». La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’UA ont annoncé la suspension du Mali de toutes les instances dirigeantes de l’institution panafricaine jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel.
A part le Président IBK et son Premier ministre Boubou Cissé, les mutins ont aussi appréhendé le chef d’Etat-major, le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Finances, et d’autres caciques du régime.

Marcellin
MOUZITA M.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.