Sélectionner une page

MUNICIPALITÉ : Dieudonné Bantsimba invite les administrateurs-maires à agir contre les occupants anarchiques

MUNICIPALITÉ : Dieudonné Bantsimba invite  les administrateurs-maires à agir contre  les occupants anarchiques

Mardi 14 septembre 2021, dans la salle de conférence de la mairie centrale, Dieudonné Bantsimba, maire de Brazzaville, a eu une séance de travail avec les administrateurs-maires d’arrondissement, les commissaires de police et les présidents des quartiers. Question de les inviter à prendre des mesures drastiques contre les occupants anarchiques de l’espace public. Avant de passer à l’offensive, pour une opération musclée, une démarche plus pédagogique doit être envisagée pour dissuader les populations et les occupants du domaine public. Les maires d’arrondissement, les commissaires de police et les présidents des quartiers sont interpellés afin de reconquérir le territoire urbain, l’espace public envahi et pollué par les marchés de fortune, les étalages qui jonchent les ruelles et avenues. Le maire de Brazzaville a cité, pêle-mêle, ceux qui polluent le domaine public, notamment les mécaniciens, les parkings des véhicules, les menuisiers qui exposent leurs meubles dans les ruelles, l’occupation du cimetière de la Tsiemé par les habitants véreux, les voiries urbaines, les monuments et les bords des rivières occupés anarchiquement. L’autorité municipale doit être rétablie, a indiqué Dieudonné Bantsimba. Ainsi, un plan d’action de travail a été élaboré devant bâtir des stratégies et une commission technique sera mise en place pour réfléchir sur les méthodes conséquentes susceptibles d’éradiquer ce phénomène qui prend de l’ampleur dans le périmètre urbain de Brazzaville. Brazzaville, Brazza la verte, devra redorer son blason d’antan de ville propre.

Pascal BIOZI KIMINOU

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.